Le Mas-Dieu

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher
Le Mas-Dieu
[[Image:{{#if:‎|‎|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:
}}
Légende
Situation Le Pradel, Laval, Le Mas-Dieu, Gard
Ville la plus proche Alès
Région Languedoc-Roussillon
Pays France
Intérêt
Possibilité d'accès
Type d'accès
Temps de visite nécessaire
Voir

Le Mas-Dieu, à 15 km au nord d’Alès et après avoir dépassé Saint-Martin-de-Valgalgues, sur les premiers contreforts des Cévennes, Laval-Pradel, s'étend sur trois communes : Le Pradel, Laval et Le Mas-Dieu.

  • La zone comprend en fait deux types de gisement : un bassin houiller et un filon métallifère. C'est le premier type qui va être jugé plus rentable et donc mis en exploitation au détriment de l'autre.
  • Historique : on distingue plusieurs mines :
- Mine de Mercoirol
Concession pour l'antimoine et le plomb argentifère du Rouergue créée en 1864 pour la Cie métallique de Notre-Dame de Laval, à Alès. Travaux de la galerie du Moulin déclarés dès 1865. 1885 : vente à la Cie des mines de Comberedonde qui modernise les installation (puits du Moulin, bassin) sans grand succès. 1897 : vente à la Cie des Mines de la Grand-Combe qui exploite alors des couches de charbon pratiquement affleurantes au pied des filons métallifères, le puits du Moulin est réutilisé comme puits d'aérage de ces galeries (retour d'air) et une voie ferrée de 650 m transporte les déblais sur leur terril (vallon de la Fernet, commune de Saint-Florent-sur-Auzonnet). Une prolongation souterraine de la voie pour évacuer le charbon vers la vallée de l'Auzonnet par les mines du Fanaubert est creusée de 1904 à 1906. 1910 : arrêt des travaux sur le site. 1950 : reprise à ciel ouvert pendant quelques années. Depuis 1987, les vestiges ont été victimes des nouvelles exploitations en découverte de Mercoirol et de la déviation routière de la D 906 qui en a résulté. 1990 : reprise en découverte sur le site de la Fernet.
-Mine dite de la Calamine (mine de zinc et de pyrite).
Cette concession pour minerai de fer, liée à celle de houille de la Grand-Combe, ne semble guère avoir été exploitée. De nouvelles recherches ont lieu vers 1907 pour le zinc. Permis d'exploitation, puis concession en 1913 pour la S.A. La Calamine de Saint-Etienne. Bâtiments construits de 1910 à 1912. Exploitation interrompue en 1925 et bâtiments déséquipés et abandonnés en 1933.
- Mine de houille Béraud
. L'affleurement houiller isolé situé au nord-est du Mas-Dieu est exploité dès le 17ième siècle, principalement dans la partie située sur la commune de Saint-Julien-les-Rosiers (La Caserne, mas des Baumes). Au 19ième siècle, ce gîte est inclus dans la concession de la Grand-Combe et les 3 couches peu profondes et fortement redressées qui y sont connues sont exploitées de 1854 à 1890 à ciel ouvert (tranchées) et par galeries. Au 20ième siècle, un faisceau de couches plus profondes a été atteint à partir du puits de Laval 2.
-Mine de houille de Broussous
. Mine faisant partie de l'ensemble d'industrie extractive des mines de Trélys. Mise en exploitation par galeries sur affleurement débouchant à flanc de colline, la plus importante étant nommée Saint-Henri. 1855 : vente à la Cie des Mines Forges et Fonderies d'Alès. Creusement du puits Notre-Dame et construction des premiers bâtiments vers 1870, lors de l'inondation des mines de fer de Palmesalade (Portes). Exploitation peu active jusqu'à une reprise à partir de 1918 avec rééquipement du puits Notre-Dame et construction de nouveaux bâtiments en 1926 (lampisterie, compresseur, treuil électrique) et 1933 (forge et magasin). A la Libération, le site, pratiquement épuisé, n'est pas inclus dans le plan de réorganisation du bassin et les bâtiments subsistants sont vendus à un particulier en 1952.
- Mine de houille de Laval
. Mine faisant partie de l'ensemble d'industrie extractive des mines de la Grand-Combe. Gisement à flanc de montagne exploité à partir de 1880 au moyen du puits de Laval 1 et d'une galerie de sortage (travers-banc 61) qui débouchait au fond de la vallée. 1901 : creusement du puits du Mas-Dieu qui remplace le puits Laval 1, mais est plus profond et plus éloigné de la ressortie, complétés par le petit puits de ventilation des Cabasses. 1929 à 1942 : creusement du puits de Laval 2 (l'entrée de la galerie de sortage porte la date 1933) et construction en 1945-1947 d'installations de surface destinées à l'exploitation d'une nouvelle partie plus profonde du gisement. Mine arrêtée en 1971, puits remblayé et chevalement démantelé en 1974. Puits anciens détruits depuis 1965 par l'extension de la mine à ciel ouvert de Mercoirol, les deux autres carreaux (place inférieure de la galerie de sortage et supérieure du puits 2) situés en bordure du chantier sont également menacés.
-Et aussi :
- Mine de houille de Malbosc,
- Mine de houille des Oules, ou Puits des Oules 2,
- Mine de houille du Pontil.
  • Minéraux :
anglésite, ankérite, aragonite, arséniosidérite, arsénopyrite, aurichalcite, azurite, baryte, bayldonite, beudantite, bindheimite, bournonite, brochantite, calcite, calédonite, carminite, cérusite, chalcanthite, chalcopyrite, cuivre natif, covellite, cuprite, cyanotrichite, duftite, dundasite, érythrite, fluorite, galène, goethite, gypse, hématite, hydrozincite, jarosite, langite, limonite, linarite, malachite, marcasite, mimétite, pharmacosidérite, philipsbornite, posnjakite, pyrite, pyromorphite, quartz, rosasite, sphalérite, soufre, tétraédrite, wulfénite... ouf !

Retour à Sites français.