Marcasite

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher
MARCASITE
[[Image:{{#if:Sperkise_1.jpg|Sperkise_1.jpg|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:Marcasite montrant la macle de la sperkise.|Marcasite montrant la macle de la sperkise.|}}
Origine du nom venu du persan, par l'arabe marqachita, qui designait la pyrite et les minéraux semblables, passé par le latin médiéval marchasita.
Localité type localité type inconnue.
Auteur(s) de la description Wilhelm Karl Ritter von Haidinger.
Date de la publication 1845
Référence de la publication
Classe chimique II SULFURES
Sous-classe chimique Sulfures, séléniures, tellures avec rapport métal/S, Se,Te, 1.
Formule chimique Fe S2
Système cristallin Orthorhombique.
Classe de symétrie 2/m 2/m 2/m Holoédrie orthorhombique.
Réseau de Bravais Primitif P.
Dureté "Mohs" de 6 à 6,5
Densité de 4,88 à 4,89
Clivages Distinct sur {101}.
Cassures Irrégulière, conchoïdale ; minéral fragile, cassant, friable.

Marcasite :

  • Statut : Minéral agréé par l'I.M.A.
Dimorphe, avec la pyrite cubique, la marcasite s'en différencie surtout par le clivage et la teinte plus claire…
  • Propriétés optiques et autres : Opaque.
  • Couleur : Jaune pâle, blanc d'étain, irisé, grisâtre, verdâtre, jaune bronze. Pléochroïsme important.
  • Éclat du minéral : Métallique. Pouvoir réflecteur de 49,1 à 54,1 %.
  • Trace : Gris vert, gris noir, verdâtre, gris verdâtre.
  • Critères de détermination : La marcasite est plus facilement altérable que la pyrite surtout en atmosphère humide, dans ce cas il y a formation de sulfate ferreux et libération d'acide sulfurique, mais il semble que ce soit toujours la coexistence du couple marcasite-pyrite qui déclenche rapidement l'oxydation. Dans un tube fermé, donne un sublimé de soufre et un résidu magnétique. Faiblement attaqué par l'acide chlorhydrique à froid, mais totalement décomposé par l'acide nitrique avec libération de soufre qui surnage sur la solution. La marcasite se différencie de la pyrite par les formes cristallines, le clivage et la teinte plus claire…
  • Morphologie des cristaux : Tabulaire, pyramidal, prismatique, capillaire.
  • Macles : Macles de croissance sur {110} ( les grands cristaux sont souvent formés de plusieurs sous-individus sub-parallèles, ou maclés). Sur {101} on retrouve la macle dite macle de la Sperkise trés fréquente dans les marcasites d'origine crayeuse. Cette macle peut grouper jusqu'à cinq individus formant des édifices pentagonaux. Sur {011} macle groupant deux cristaux prismatiques à 60°.
  • Morphologie des agrégats : Massifs, fins, grenus, stalactitiques, botryoïdaux, réniformes, globulaires, radiés, concrétionnés, fibreux, mamelonnés.
  • Conditions de formation et/ou de gisement : C'est un minéral trés abondant formé à basse température à partir de solutions acides. Il ne se rencontre jamais en grand dépôts, sauf dans le terrains sédimentaires. Il peut être d'origine hydrothermale, c'est alors un des derniers minéraux à se former. Remplace souvent la matière organique dans des fossiles. Les sphérolites de marcasite radiée du Crétacé sont bien connus, mais beaucoup moins que ceux de pyrite.
  • Utilisations :
  • Échantillons de collection : Joplin, Missouri, USA ; Clausthal, Allemagne ; ...
En France, Cap Blanc-Nez, Pas-de-Calais ; Pontpéan, Ille et Vilaine ; Chalons, Marne ; Varaignes, Dordogne ; ...
Marcasite (macle de la sperkise), Boulogne, Pas-de-Calais (62), France.
Marcasite, Mine de Salsigne, Aude (11), France.
Marcasite, Lixhausen, Bas-Rhin (67), France.
Marcasite, Steinbach, Haut-Rhin (68), France.
Marcasite, Cap Blanc-Nez, Pas-de-Calais (62), France.
Marcasite, Carrière de Dannes, Pas-de-Calais (62), France.

Retour à la liste des Fiches minéraux