Bournonite

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher
Bournonite
[[Image:{{#if:BoStLM30.JPG|BoStLM30.JPG|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:Bournonite, St Laurent-le-Minier, Gard.|Bournonite, St Laurent-le-Minier, Gard.|}}
Origine du nom dédiée au comte J-L de Bournon (1751-1825) cristallographe et minéralogiste français.
Localité type Wheal Boys (Trewetha), St Endellion, Cornwall, Angleterre, Royaume-Uni
Auteur(s) de la description Jameson
Date de la publication 1805
Référence de la publication
Classe chimique II SULFURES
Sous-classe chimique Sulfosels
Formule chimique PbCuSbS3
Système cristallin Orthorhombique
Classe de symétrie 2 m m Hémimorphie orthorhombique
Réseau de Bravais Primitif P
Dureté "Mohs" 2,5 à 3
Densité 5,8
Clivages Imparfait {010}
Cassures Irrégulière
  • Statut : Minéral agréé par l'I.M.A.
Appelée endellione suite à sa découverte à St Endellion - sa localité type, elle sera dédiée plus tard au Comte Jacques Louis de Bournon, naturaliste français, également cristallographe et minéralogiste, et fut appelée bournonite.
  • Propriétés optiques et autres : Opaque. Trés altérable aux affleurement, elle donne des mélanges d'oxydes jaunes de plomb et d'antimoine (bindheimite) avec des carbonates bleus ou verts de cuivre, d'où des masses compactes ou terreuses de couleur bleu à vert plus ou moins jaunâtre pseudomorphosant (voir : pseudomorphose) souvent complètement les cristaux originels.
  • Couleur : Gris acier, gris de plomb. Souvent ternie en gris noir en surface.
  • Éclat du minéral : Métallique, mat, brillant. Pouvoir réflecteur de 33,6 à 35,5 %.
  • Trace : Gris acier.
  • Critères de détermination :
  • Morphologie des cristaux : Prismatique, tabulaire.
  • Macles : Communément maclée sur {110} donnant des croix, mais aussi des aspects en pignons d'engrenage (Cog-wheel ore).
  • Morphologie des agrégats : Massif, rarement grenu.
  • Conditions de formation et/ou de gisement : On trouve fréquemment la bournonite dans les filons BGPC (blende = sphalérite, galène, pyrite, chalcopyrite) mésothermaux à épithermaux de types divers .
En France, elle est surtout répandue dans ceux de ces filons à gangue barytique ou fluorée, passant aux dépôts de fluorite (Le Barlet, Haute-Loire) ou de baryte (Les Malines, Gard).
  • Utilisations : Appréciée des collectionneurs, la bournonite ne l'est guère des métallurgistes car elle introduit dans les concentrés plombeux des quantités peu désirables d'antimoine et de cuivre.
  • Échantillons de collection : Pour les cristaux tabulaire, Neudorf, Harz, Allemagne. Jorhausen, Nassau, Allemagne. Pour les macles en croix et en pignon d'engrenage, Wheal Boys et Herodsfoot, Cornouailles, Angleterre ; Baia Sprie, Roumanie ; Quiruvilca, Pérou ; Machacamarca et Oruro, Bolivie ; Mine de Chichibu, Saïtama, Japon ; Taogangxian, Hunan, Chine.
En France, citons les cristaux tabulaires de l'ancienne mine de Pranal, Pontgibaud, Puy-de-Dôme, ainsi que ceux des filonnets blende, galène, pyrite à gangue de sidérite recoupant les charbonnages de La Mure, Isère. Citons aussi Ally, Haute-Loire, et Cabrières, Hérault.
Les cristaux des anciennes mines du secteur de Servoz, Haute-Savoie, connurent leur heure de gloire au début des années 1800…


Bournonite, mine de Saint-Laurent-le-Minier, Gard (30). Collection musée ferme de l'orme.
Bournonite et pyrite sur quartz, Saint-Pierre-de-Mésage, Isère (38). Collection musée ferme de l'orme.
Bournonite, Saint-Laurent-le-Minier, Gard (30).
Collection Kayou

Retour à la liste des minéraux