Radon

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher

Radon élément chimique naturel (gaz rares)

Symbole chimique : Rn

Origine du nom : nommé d’après l’élément radium parce qu'il résulte de la désintégration du radium. Ce nom fut attribué en 1923, mais il fut d’abord nommé radium emanation ou émanation (qui a donné émanon) par son découvreur Friedrich Enrst Dorn en 1900 ; puis niton par William Ramsay et Robert Whytlaw-Gray qui l’isolèrent en 1908. Initialement, le terme radon ne désignait que le radon222, isotope produit par le radium226. En 1923, le Comité International des Éléments Chimiques et l'Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée choisirent le nom de radon et son symbole, Rn. Radon (n.m.) (en anglais radon).

Élément chimique de numéro atomique : 86

Le radon, gaz monoatomique, est un gaz rare, radioactif, d'origine naturelle, qui est principalement formé par la désintégration du radium. Gaz inerte, le radon est le plus "lourd" (le plus dense) des gaz rares (en ne prenant pas en compte l'ununoctium), dans les conditions normales de température et de pression, d'une masse volumique de : 9,73 kg/m3, pratiquement 8 fois la densité de l'air.(voir dans le Tableau périodique des éléments).
À température et pression standards, le radon est sans couleur ; quand il est dans un état condensé, le radon parait lumineux, à cause de l'intensité des radiations qu'il dégage : il est "autofluorescent". Le radon est un gaz extrêmement radioactif, mais d'une faible durée de vie (3,8 jours).

Le radon a été découvert en 1900 par Friedrich Ernst Dorn ; c'est le troisième élément radioactif découvert, après le radium et le polonium. En 1910, Sir William Ramsay et Robert Whytlaw-Gray parvinrent à isoler le radon.

L'importance du radon tient à ce qu'étant partout présent dans l'atmosphère, il est la principale source d'exposition naturelle des populations à la radioactivité. À fortes doses, son caractère cancérigène est statistiquement bien établi.
Son effet aux concentrations habituellement rencontrées en milieu domestique est en revanche hypothétique et en cours d'étude, les doses permettant de trancher les cas limites sont trop faibles et incertaines pour qu'un résultat puisse être validé de manière statistiquement significative, et confirmé scientifiquement.
Le radon est issu de la désintégration de l'uranium naturellement contenu dans les roches des sols. Il est particulièrement présent dans les régions granitiques, volcaniques et uranifères. En France, les régions riches en radon sont la Bretagne, le Massif central, les Vosges et la Corse.
Le radon peut s'accumuler dans les espaces clos et notamment dans les maisons, dans les caves, sous-sols, citernes et puits mal ventilées, à cause de la désintégration du radium. Le radon étant à durée de vie courte, il n'a pas le temps en quelques jours de diffuser à travers un matériau continu (sol compact, mur ou dalle sanitaire). Il ne peut que pénétrer, en quantité significative, par des failles dans le sol, fissures dans les dalles. Une fois sur place, il peut s'accumuler dans les lieux mal ventilés.
Les moyens mis en œuvre pour diminuer les concentrations de radon dans les maisons sont l'aération et la ventilation des locaux, l'utilisation des vides sanitaires, le colmatage des fissures au niveau du sol, etc.
En France, la teneur domestique moyenne est voisine de 65 becquerel/m3—Bq/m3) et 92 % des domiciles seraient à moins de 200 Bq/m3.

Son isotope le plus stable est le 222Rn qui a une demi-vie de 3,8 jours et est utilisé en radiothérapie.
Il existe 34 isotopes de radon connus jusqu'à ce jour. Seuls 3 de ces isotopes se rencontrent dans la nature :

le radon222, produit de la désintégration du radium,
le radon220, produit de la désintégration du thorium,
le radon219 est dérivé de l'actinium.

Retour à Liste alphabétique des éléments naturels