Wollastonite

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher
WOLLASTONITE
[[Image:{{#if:Wollastonite4.JPG|Wollastonite4.JPG|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:Wollastonite, Vakinankaratra, Madagascar|Wollastonite, Vakinankaratra, Madagascar|}}
Origine du nom Dédié à William Hyde Wollaston (1766 - 1828) minéralogiste et chimiste anglais.
Localité type Dognecea, (au Sud-Est de Timisoara), Banat, Roumanie.
Auteur(s) de la description J. Lehman (première description).
Date de la publication 1818 (première description).
Référence de la publication Le minéralogiste allemand A. Strunz en a fait la description dans Einrichtung der K. K. Naturalien zu Wien (1793)
Classe chimique VIII SILICATES. Groupe d'appartenance : Wollastonite.
Sous-classe chimique Inosilicates - Famille des Pyroxénoïdes.
Formule chimique CaSiO3. Impuretés, traces : Al ,Fe, Mn, Mg, Na, K, H2, S.
Système cristallin Monoclinique et Triclinique
Classe de symétrie (voir pour chacun des polymorphes).
Réseau de Bravais (voir pour chacun des polymorphes).
Dureté "Mohs" de 4,5 à 5
Densité de 2,86 à 3,09
Clivages {100} parfait ; {001} et {102} bons. Suivant le pinacoïde (pseudo-prismatique) ; angles de clivages suivant la base et le pinacoïde : 84° et 96°.
Cassures Irrégulières et esquilleuses. Minéral fragile et cassant.

Wollastonite :

  • Statut : Minéral agréé par l'I.M.A.
La wollastonite est un silicate de calcium : CaSiO3, oxygène (O) 41,32 %, silice (Si) 24,18 %, calcium (Ca) 34,50 %. Chimie mesurée : Ca1,01Si1,00O3


Malgré sa ressemblance chimique avec les minéraux du groupe des pyroxènes, elle est structurellement très différente : trois tétraèdres de SiO4 dans sa chaîne, deux seulement pour les pyroxènes.

  • Il existe 6 polymorphes pour ce minéral (initialement approuvés comme polytypes, puis considérés en tant que variantes du minéral principal) :
Wollastonite-1A : Ancienne espèce de référence - Triclinique - Classe de symétrie = 1 Holoédrie triclinique - Réseau de Bravais = P Primitif. Décrite par Henmi et al. en 1978. Localité type Ciclova Montana (Csiklovabanya) Roumanie. [Synomymes : wollastonite, wollastonite-1T (changée en 1962, par la CNMMN, pour la basse température polymorphe reconnu de -1T, changé pour -1A].
Wollastonite-3A: décrite par Henmi et al., en 1983 - Triclinique. Localité type : Kushiro, Hiroshima (Japon).
Wollastonite-4A : décrite par Henmi et al.,en 1983 - Triclinique. Localité type : Kushhiri, Hiroshima (Japon).
Wollastonite-5A : décrite par Henmi et al. - Triclinique. Localité type : Kushiro, Hrishima (Japon).
Wollastonite-7A : décrite par Henmi et al., en 1978 - Triclinique.
Localité type : Fuka, Yokayama (Japon).
Wolastonite-2M: décrite par Peacock en 1935 - Mononoclinique. [Synonymes : manganoparawollastonite, décrite en 1994 (riche en manganèse - déclassée en 2007, reclassée en tant que variété) ; parawollastonite].
  • Propriétés optiques et autres : Transparent à translucide. Luminescent, fluorescent (jaune, orangé).
  • Isotropie optique / anisotropie biaxiale.
  • Indice de réfraction : α= 1,16 à 1,640; β= 1,628 à 1,650, γ= 1,631 à 1,653.
  • Angle axial : 2Vα angle : 36-60.
  • Dispersion : r> v
  • Couleur : Blanc, gris, gris-blanc, incolore, vert-pale, jaune, rougeâtre, brunâtre, incolore, brun, rouge.
  • Éclat du minéral : Vitreux, nacré sur les surfaces de clivage, soyeux, peu soyeux si fibreux.
  • Trace : Blanche
  • Critères de détermination : La wollastonite se distingue de la trémolite par sa grande fusibilité (elle fond et donne un globule blanc) et par ses angles de clivage, qui se rapprochent de ceux des pyroxènes, ces derniers étant très différents de ceux des amphiboles.
    Elle se différencie du diopside et de la topaze (pycnite) par sa fusibilité et sa solubilité dans l'acide (soluble dans l'acide chlorhydrique, se décompose en gel de silice).
    Sa fluorescence est fréquemment utilisée pour une détermination rapide. Insoluble dans l'eau.
    L'identification du minéral peut également confirmée par diffraction aux rayons X et par l'analyse chimique.
  • Morphologie des cristaux : Prismatique, allongé, tabulaire (aplatis parallèlement à la base et suivant les côtés du pinacoïde) ; donnant l'impression d'aiguilles prismatiques grêles.
  • Macles :
  • Morphologie des agrégats : Massif, fibreux, grenus, radiés, feuilletés, réticulés, compacts.
  • Conditions de formation et/ou de gisement : C'est un minéral des gisements de métamorphisme de contact dans les calcaires. La wollastonite se forme dans les gisements où les calcaires ont été fortement métamorphosés, ou dans les dolomies soumises à des températures et des pressions très élevées en présence de silice. Des cristaux sont présents dans des blocs de calcaire altérés qui ont été rejetés lors d'éruptions (Monte Somma du Vésuve, ...).
    Elle se forme également dans les skarns et au contact de roches métamorphiques. On la trouve aussi dans les météorites.
Avec : grenats, diopside, trémolite, épidote, pyroxène, calcite...
  • Utilisations : Compte-tenu de sa blancheur et de ses capacités d'absorption d'huiles, la wollastonite, est utilisée - entre-autre - pour la fabrication d'électrodes de soudage et dans l'industrie céramique.
    Pays producteurs : Chine, Inde, Etats-Unis...
  • Échantillons de collection : Mont Saint-Hilaire, Asbestos, Canada  ; Banner District, Arizona + Crestmore, Californie + échantillons fluorescents signalés dans le New-Jersey, USA ; Monte Somma, Vésuve, Campanie, Italie ; Banat, Roumanie ; Forêt-Noire, Allemagne ; Province de Tuléar, Madagascar ; ...
En France : Lapanouse-de-Sévérac, Aveyron ; Provence ; Pyrénées ; Morbihan ; ...
Wollastonite, Vakinankaratra, Madagascar

Retour à la liste des Fiches minéraux