Saint-Laurent-les-Bains

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Laurent-les-Bains
[[Image:{{#if:‎|‎|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:
}}
Légende
Situation Ardèche
Ville la plus proche
Région
Pays France
Intérêt
Possibilité d'accès
Type d'accès
Temps de visite nécessaire
Voir

Saint-Laurent-les-Bains : Niché au creux de la vallée de la Borne, entre Cévennes et Montagne Ardéchoise, Saint-Laurent-Les-Bains doit sa célébrité à sa source d'eau chaude naturelle jaillissant à 53° et à l'abbaye de Notre-Dame-des-Neiges. La commune est très étendue et elle est composée de plusieurs villages ou hameaux, le principal étant Saint-Laurent-Les-Bains.

  • Ce gisement est le seul des Cévennes a avoir été exploité exclusivement pour la fluorite. Il s'agit d'un filon d'orientation Nord-Sud encaissé dans des gneiss. Cette structure présente la particularité d'être traversée par une source hydrothermale fonctionnant toujours, cette eau est utilisée dans les thermes de St-Laurent pour le traitement des rhumatismes notamment grâce à son fort taux de fluor (9 mg/L). Le remplissage du filon est proche de celui des filons fluorés de Haute-Loire.
  • Historique : Connu au moins depuis le XIXe siècle, Buffon cite à propos de St-Laurent-les-Bains "des filets de spath affleurant à la surface de belle couleur améthyste".
    Au milieu du village, là où émerge la source d’eau chaude, se trouve le gisement de spath-fluor, dont les ramifications vers le sud, ont été exploitées dans les années 1925 à 1930 et, plus récemment de 1947 à 1968, par la Société Française de Spath Fluor. La mine commença son activité en 1925, lorsque la fluorine devint une substance rentable à extraire. Le spath-fluor exploité servait de fondant dans la métallurgie.
    Au total, près de 70 000 tonnes de minerai furent extraites grâce à un puits de 110 mètres desservant deux niveaux de galeries.
    En juin 1968, alors que la mine était en pleine activité, un tir de mine perça la veine d'eau thermale qui circulait encore dans le filon. Pour éviter que cette brèche ne fasse tarir la source alimentant les thermes en contrebas, en 1970, on a été contraint de condamner la dite galerie, un bouchon de béton fut construit dans la galerie pour colmater la fuite. Cet incident marqua la fin de l'exploitation, l'activité thermale du village étant plus rentable que celle de la mine, qui se situait en contre bas à quelques centaines de mètres du village.
  • Minéraux :
Ce gisement est connu des minéralogistes pour avoir donné des cristallisations originales de fluorine de couleur violette ou verte avec calcite, ou mamelonnée sur quartz blanc ; il existe aussi de rares octaèdres violet pâle...

Retour à Sites français.