Les Fosses

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher
Concession des Fosses
[[Image:{{#if:Galerie St Laurent de St Georges d'Hurtieres.jpg|Galerie St Laurent de St Georges d'Hurtieres.jpg|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:
}}
Légende Galerie saint-Laurent
Situation Saint-Georges-d'Hurtiéres, Savoie
Ville la plus proche
Région Rhône-Alpes
Pays France
Intérêt Musée et espace métallurgique du plus haut intérêt
Possibilité d'accès l'accès aux anciens travaux est interdit au public, le site est superbe !.
Type d'accès automobile (route de montagne)
Temps de visite nécessaire 2 heures ou une journée, c'est vous qui voyez !
Voir Le Grand Filon - Site Minier Des Hurtières : ensemble muséal au hameau de La Minière ! et l'Éco-musée de St-Georges.

La concession des Fosses, qui renferme la mine de Saint-Georges d'Hurtières, est située sur la rive gauche de l'Arc à 4 km au sud-ouest d'Aiguebelle dans la chaîne de Belledonne, à l'entrée de la Maurienne.

  • Historique :

La minéralisation cuprifère de l'imposant filon de sidérite des Fosses a été exploitée sporadiquement depuis une époque très reculée. Le plus ancien document mentionnant la mine date du 13eme siècle.
De 1497 à 1874, diverses exploitations, assez artisanales et souvent conflictuelles, se succédèrent, exploitant d'abord le cuivre puis le fer.
L'exploitation sélective du minerai cuprifère a produit moins de 100 tonnes de cuivre jusqu'en 1875, année de prise en charge de l'exploitation par la Compagnie Schneider du Creusot.
L'exploitation devient alors rentable : 4 niveaux de roulage furent construits à flanc de montagne ainsi que 5 plans inclinés qui permettaient de descendre le minerai vers la vallée. De 1875 à 1886, 250 000 tonnes de sidérite furent ainsi extraites ainsi que 10 OOO tonnes de minerai de cuivre.
La production de fer fut arrêtée en 1886 en raison de la concurrence du minerai du bassin de Lorraine ; elle fut reprise de 1917 à 1923 par la Société des Acieries et Fonderies de Saint-Chamond. La production du cuivre lui survivra de quelques années jusque vers 1928.

  • Description :

Le filon des Fosses est entièrement encaissé dans les micaschistes antéhouillers qui viennent buter à l'ouest sur les formations du Trias. Le filon, de direction est-ouest, se suit en affleurement entre 1 438 mètres et 916 mètres d'altitude. Sa longueur varie de 200 mètres dans les niveaux supérieurs à plus de 500 mètres au niveau le plus bas. La puissance varie de 3 à 8 mètres avec des zones atteignant plus de 10 mètres.
En fait, la géométrie du filon est remarquablement complexe : il présente des panneaux assez réguliers, mais de directions variables, séparés par de nombreuses failles. En outre, en dehors des zones faillées, certains panneaux présentent des "charnières" souvent prononcées.
Il existe une mine principale (avec une vingtaine d'entrées) et une dizaine de mines secondaires non reliées à la mine principale. L'ensemble représente plus de 20 kilomètres de galeries étagées sur 522 mètres de dénivellation.
Pour illustrer, quelques-unes des galeries connues : galerie Sainte Barbe, galerie Saint-Laurent, galerie des Parques, galerie Saint-Georges, galerie Saint-Jacques, Grande Fosse dessus et Grande Fosses dessous, Pierre Aigüe, Sainte-Claire, Sainte Lucie, Poules supérieur et inférieur, St Eloi, Saint Louis, Enfer, Purgatoire etc...
Au total, 700 000 tonnes de minerai de fer auraient été extraites ainsi que plus de 10 000 tonnes de cuivre. Les réserves potentielles seraient de plusieurs millions de tonnes.
Aujourd'hui, l'ensemble des mines est globalement en bon état. Cependant, de nombreuses entrées sont éboulées et les principales entrées sont fermées par des portes métalliques installées par la municipalité.

Galerie Sainte-Barbe
  • Minéraux :

La minéralisation, dans une gangue de sidérite, barytine (présente surtout dans les niveau supérieurs) et ankérite très subordonnée, comprend chalcopyrite, pyrite et accessoirement galène, sphalérite et cuivre gris.
La chalcopyrite se présente en petits filonnets essentiellement quartzeux recoupant la masse de sidérite. A l'intersection de plusieurs filonnets, on observait des amas de sulfures pouvant atteindre 0,50 m de diamètre.

Echantillon de la galerie St Jacques montrant la chalcopyrite


Il est possible de mieux connaître l'histoire de cette mine en visitant l'espace muséographique du Grand Filon : http://www.grandfilon.fr/index.php?contenu=accu


Bibliographie :


Retour à sites français