Encyclopédie sur la géologie, paléontologie, minéralogie, etc.




Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.
Publier un article
Menu GéoWiki
Navigation

. Encyclopédie de géologie, minéralogie, paléontologie et autres Géosciences
. Communauté
. Actualités
. Modifications récentes
. Une page au hasard
. Aide
. Créer une nouvelle page
. Galerie des nouveaux fichiers

Romanèche-Thorins

Twitter



Facebook


Pour en apprendre plus sur la Terre au temps des dinosaures, visitez Jurassic World, un site de dinosaure et de paléontologie, la science qui étudie les fossiles. Une liste de nom de dinosaure permet d'accéder à plus de 300 fiches thématiques !

> Romanèche-Thorins
Gisement de Romanèche-Thorins
[[Image:‎|250px]]
Légende
Situation Romanèche-Thorins, Saône-et-Loire
Ville la plus proche Mâcon
Région Bourgogne
Pays France
Intérêt
Possibilité d'accès
Type d'accès
Temps de visite nécessaire
Voir

Le gisement de Romanèche est situé en partie dans le village même de Romanèche-Thorins à 15 km environ au sud-ouest de Mâcon.

  • Historique : Découvert vers 1750, il a été exploité de façon continue pendant un siècle de 1823 à 1919, ce qui est exceptionnel pour un gîte de manganèse français. Le gisement a fait l'objet d'une première concession en 1823, celle de Romanèche qui comportait une enclave concédée elle-même ultérieurement en trois parties en 1829 :
a Vieille Cure,
le Grand Filon,
la Réserve de l'Eglise.
Ces 4 concessions ont produit, à partir de 1824, 421 400 tonnes de minerai. Jusqu'en 1860, seul le minerai à plus de 40 % de manganèse était considéré comme marchand ; ensuite on distingua quatre qualités : 50 à 55 % pour la chimie, 40 à 50 % pour les verreries, 35 à 40 % pour la métallurgie et 16 à 20 % pour la métallurgie proche à partir de 1907.
Les chiffres déclinèrent à partir de 1905 : la Vieille Cure et le Grand Filon furent arrêtés en 190è-1908 et les deux autres en 1919. Après quelques recherches, Romanèche et la Vieille Cure furent renoncées en 1922. Le Grand Filon fut, après quelques ventes successives, acquis par la Société de recherches minières de Romanèche (SRMR) qui reprit les travaux jusqu'en 1957. Ces travaux comportèrent un puits prolongé par une descenderie dans le Grand Filon. Il fut constaté que la puissance ne décroissait pas avec la profondeur ; toutefois, les moyens financiers ne permirent pas d'obtenir le permis de recherche.
Vers la même époque (de 1958 à 1962), le centre d'études et de prospection du manganèse (CEPROMA) lança une campagne de recherche, et obtint un PER en 1961 pour des travaux en dehors de la concession, mais les résultats furent décevants : aucune nouvelle zone minéralisée ne fut découverte.
Les galeries ont été comblées, les haldes reconverties en terrain de sport, on peut encore voir les vestiges du puits principal (transformé en massif de fleurs) derrière l'église.


  • Minéraux :
psilomélane (romanéchite décrite par Lacroix, mammelonée noire semi brillante ou plus rarement mammelonée aspect velour),
arséniosidérite, site classique de référence pour l'espèce découvert par le grand père d'alfred Lacroix,
quartz, fluorine, barytine, hématite, goethite, braunite, calcite...


  • Autour de Romanèche, il faut signaler d'autres filons :
- les Espagnes : à 20 km au sud-ouest  ; concession de 1834 renoncée en 1924 - production médiocre et minéraux analogues à ceux de Romanèche.
- la Chapelle de Guinchay : plusieurs filons à 3 km au nord de Romanèche, travaux de recherches.
- les Chastys, commune de Régnié-Durette à 5 km de Beaujeu : pas de travaux.
- Bourgvilain, à 20 km de Romanèche à un puits avait été creusé et montrait la même minéralisation qu'à Romanèche.
  • C'est à Romanèche, guidé par son grand-père Tony Lacroix, que le jeune Alfred fit ses premiers pas dans l'univers des sciences de la Terre

Retour à sites français

Modifier
Dernière modification de cette page le 1 septembre 2011 à 20:45.
  Cette page a été consultée 3 397 fois.  À propos de GéoWiki  Avertissements