Encyclopédie sur la géologie, paléontologie, minéralogie, etc.




Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.
Publier un article
Menu GéoWiki
Navigation

. Encyclopédie de géologie, minéralogie, paléontologie et autres Géosciences
. Communauté
. Actualités
. Modifications récentes
. Une page au hasard
. Aide
. Créer une nouvelle page
. Galerie des nouveaux fichiers

Lacroix

Twitter



Facebook


Pour en apprendre plus sur la Terre au temps des dinosaures, visitez Jurassic World, un site de dinosaure et de paléontologie, la science qui étudie les fossiles. Une liste de nom de dinosaure permet d'accéder à plus de 300 fiches thématiques !

> Lacroix


Alfred François Antoine LACROIX (1863-1948)


Alfred Lacroix
Alfred Lacroix


Fils de Francisque LACROIX, pharmacien, botaniste et entomologiste, lui-même fils de Tony LACROIX, pharmacien minéralogiste, préparateur au Muséum du chimiste Nicolas VAUQUELIN puis directeur de l'usine chimique d'un autre membre de l'Académie, Robiquet. Marié en 1889 à Catherine FOUQUÉ (décédée en 1944), fille de Ferdinand FOUQUÉ (1828-1904), géologue, vulcanologue, pétrographe, membre de l'Institut, professeur au Collège de France.

Originaire d'une famille de médecins et de pharmaciens, depuis longtemps installée sur les bords de la Saône, Alfred Lacroix se plaît dès sa plus tendre enfance auprès de son grand-père, Tony Lacroix. Après la classe au lycée de Macon, il s'habitue à reconnaître les minéraux. Elève de quatrième, il feuillette déjà les manuels d'Haüy, de Pisani, de Dufrénoy et occupe ses vacances à amasser des minéraux, des roches, des fossiles. A 18 ans. en classe de philosophie, il est accueilli comme membre à la Société de minéralogie de Paris. De 1881 à 1883, il effectue un stage de pharmacie à Macon. Parallèlement, il continue d'étudier les roches et envoie trois nouvelles notes à la Société de minéralogie. En octobre 1883, il entre à l'École de pharmacie de Paris. Après qu'il ait offert de beaux échantillons recueillis dans son pays natal au service d'Alfred Des Cloizeaux, au Muséum, celui-ci l'invite à fréquenter son laboratoire. Par ailleurs, il assiste au cours de Ferdinand Fouqué, maître de la pétrographie au Collège de France et, travaillant dans son laboratoire, consacre une partie de ses journées à apprendre les méthodes microscopiques appliquées en minéralogie. En outre il suit les cours de Friedel à la Sorbonne et de Mallard à l'École des Mines.

En août et en septembre 1884, il fait, sur proposition de Fouqué, en voyage d'études en Ecosse puis, l'année suivante, en Norvège, en Suède et à l'île Gotland et enfin, trois ans plus tard, en Italie du Nord, à l'île d'Elbe et en Sardaigne. A l'issue de ces voyages, un nombre impressionnant de minéraux vient enrichir les collections du Collège de France et du Muséum. Fouqué lui demande alors de faire un choix et s'il est pharmacien de 1ère classe en 1887, c'est cependant la dernière fois qu'il s'occupe de pharmacie. (On peut citer d'autres exemples de pharmaciens minéralogistes, parmi lesquels Pasteur et Guillemin).

Il est préparateur au Collège de France de 1887 à 1893 chez son maître Ferdinand Fouqué. Il devient docteur es sciences en mai 1889. Après des voyages au Canada, en Suisse, Italie, Allemagne, il succède à Des Cloizeaux, son professeur, au Muséum national d'histoire naturelle. A peine âgé de trente ans, il occupe la chaire de minéralogie illustrée par Daubenton, Haüy, Brongniart, Dufrenoy. Pendant quarante-trois ans, il dirige cette chaire et fait du laboratoire de minéralogie du Muséum, un centre de recherches de grand rayonnement. En 1896, il part pour la Grèce et l'Asie mineure où, en compagnie de son beau-père, il se rend en mer Egée et sur l'île volcanique de Phera dans l'archipel de Santorin.

En mai 1902, après l'éruption volcanique de la Martinique anéantissant le port de Saint-Pierre et tuant 28 000 personnes, l'Académie des sciences et le ministère des Colonies décident d'envoyer aux Antilles une mission chargée d'étudier les circonstances de la catastrophe. Le professeur Lacroix est alors désigné pour diriger cette mission. Le 30 août, une autre éruption meurtrière a lieu et Lacroix à peine rentré, retourne à la demande de Gaston Doumergue, ministre des Colonies, pour y demeurer jusqu'en mars 1903, en compagnie de son épouse.

Considéré alors comme le plus grand pétrographe de son temps, il est élu le 11 janvier 1904 membre de l'Académie des sciences. Évoquant son élection à la section de minéralogie, il se décrit lui-même : « L'Académie revint à l'étude des minéraux. Son choix se porta sur un minéralogiste étudiant les propriétés physiques et chimiques de la matière minérale, non plus comme une fin, mais comme un moyen de spécification pour des buts d'histoire naturelle, trouvant sa voie sur le terrain et au laboratoire, dans l'union de la minéralogie, de la physique du globe et de la géologie. Un naturaliste vivement attiré par les recherches dans les colonies lointaines et courant volontiers le monde à la poursuite des volcans, de leurs éruptions et de leurs produits ».

En 1906, il assiste à l'éruption du Vésuve et en 1908 à celle de l'Etna. Ses observations permettent d'expliquer l'origine de l'éruption de la Montagne Pelée et de comprendre le processus d'édification des dômes par les roches volcaniques et le phénomène des nuées ardentes. En 1911, il étudie le Piton de la Fournaise à la Réunion. En 1913, il parcourt la Guinée, le Soudan, l'archipel de Los au large de Conakry puis l'Amérique du Nord et le Pacifique. A partir de 1914, les voyages s'espacent en raison de la guerre et du dévouement dont il fait preuve pour la charge de secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences où il vient d'être nommé (charge qu'il occupera pendant trente-quatre ans). Cependant, en 1922, il repart pour l'Italie ; en 1924, il est en Espagne ; en 1926, il représente la France au 3e congrès pan-pacifique de Tokyo. Il en profite pour effectuer un vaste périple à travers le Japon, la Corée, la Mandchourie, la Chine, le désert de Gobi et l'Indochine. En 1929, il fait son dernier voyage, à l'occasion du 4e congrès scientifique du Pacifique qui se tient à Java et découvre ainsi les Indes néerlandaises, la Malaisie et la Somalie.

Le 1er octobre 1936, il prend sa retraite d'enseignant, mais n'arrête pas son activité. Il décède en 1948.

Image:Lacroix_alfred.jpg
  • Parmi ses principales publications on peut noter Minéralogie de la France et de ses colonies (1893-1898) et La Montagne Pelée et ses éruptions (1904).
  • Espèces minérales décrites par Lacroix et encore reconnues :

Bétafite
Tityite
Bobierrite
Georgiadésite
Gonnardite
Grandidiérite
Lechatelièrite
Manandonite
Morinite
Orthose ferrifère (Ytrongay, Madagascar)
Palmiérite
Planchéite
Pseudoboléite
Romanéchite
Sérandite
Villiaumite





Retour à la Liste des personnalités

Modifier
Dernière modification de cette page le 2 avril 2012 à 19:23.
  Cette page a été consultée 5 582 fois.  À propos de GéoWiki  Avertissements