Encyclopédie sur la géologie, paléontologie, minéralogie, etc.




Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.
Publier un article
Menu GéoWiki
Navigation

. Encyclopédie de géologie, minéralogie, paléontologie et autres Géosciences
. Communauté
. Actualités
. Modifications récentes
. Une page au hasard
. Aide
. Créer une nouvelle page
. Galerie des nouveaux fichiers

Gratet de Dolomieu Déodat

Twitter



Facebook


Pour en apprendre plus sur la Terre au temps des dinosaures, visitez Jurassic World, un site de dinosaure et de paléontologie, la science qui étudie les fossiles. Une liste de nom de dinosaure permet d'accéder à plus de 300 fiches thématiques !

> Gratet de Dolomieu Déodat


Déodat Gratet de Dolomieu (1750-1801), Déodat De DOLOMIEU (Déodat-Guy-Silvain-Tancrède de Gratet de), troisième enfant d’une lignée de 6 garçons et 4 filles, il naît le 23 Juin 1750 dans le château familial des Gratet à Dolomieu (Isère).

Doué d’une intelligence précoce et d’un sens inné de l’observation, il n’eut jamais de précepteur et avoua même à l’historien genevois Picot au cours d’une course en montagne, avoir appris seul à compter à l’aide des barreaux de son lit d’enfant.

A l’âge de deux ans, son marquis de père le fait recevoir d’office comme chevalier de minorité dans l’Ordre de Malte. A l’âge de 14 ans, il s’engage dans les carabiniers, devient sous-lieutenant deux ans après et chevalier de majorité. Il doit alors faire son noviciat sur un navire de l’ordre. Pendant cette période, il tue un condisciple en duel à Gaëte, pour une cause que nous ne connaissons pas. Il se retrouve en prison à Malte. De puissantes interventions se manifestent pour fléchir le Grand Maître de l’Ordre et lui faire recouvrer la liberté. Réintégré dans ses droits, nous le retrouvons en garnison à Metz en 1771, où, jusqu’en 1774, il suit les cours de physique et de chimie de l’apothicaire - major Thyrion. C’est là aussi, qu’il noue les premières relations scientifiques avec La Rochefoucauld, Condorcet, Pictet, Horace-Bénédict de Saussure, ... Il s’oriente alors vers la géologie et la minéralogie.

Passionné par ses découvertes, il oublie de rejoindre sa garnison et se retrouve rayé des cadres. Par contre, l’Ordre de Malte l’honore en le faisant commandeur en 1780. Il explore les Pyrénées, l’Auvergne, la Sicile, les îles Lipari... Nommé lieutenant-général, il est virtuellement gouverneur de Malte et se heurte à de puissants intérêts. Plusieurs conflits avec ses pairs l’amènent à instruire de nombreux procès.

En 1783, lassé, il démissionne pour se réfugier en Italie. Commence alors la période la plus féconde de sa vie en résultats scientifiques avec l’étude des volcans et des tremblements de terre en prélude à la sismologie.

D’idées libérales et généreuses, il accueille avec ferveur le mouvement révolutionnaire en 1789 et ira jusqu’à s’inscrire au club des Feuillants. Puis, déçu par la tournure violente des évènements, il se réfugie dans le travail scientifique et découvre les roches des montagnes calcaires du Trentin et du Tyrol qui ne font pas effervescence aux acides. Il en demande la signification à Théodore de Saussure. Ainsi naît la dolomie et un peu plus tard, les Alpes Dolomitiques ou Dolomites.

Sa réputation scientifique lui ouvre les portes des Écoles Centrales en 1794. Il est successivement nommé inspecteur du Corps des Mines en 1795, professeur de géologie à l’Ecole des mines et enfin membre de l’institut.

En janvier 1798, pendant une séance de l’Institut, son collègue Berthollet vient lui demander s’il consentirait à l’accompagner dans un voyage lointain où il pourrait examiner des roches et des montagnes totalement inconnues. Aventurier, Déodat ne résiste pas à l’invitation et se retrouve, sans s’en douter, enrôlé dans l’expédition en Égypte mise sur pied par Napoléon Bonaparte. D’abord enchanté par l’occasion qui lui est donnée de vérifier sur place les déductions qu’il avait tirées d’anciens textes et exposées dans son mémoire sur l’Égypte, il se rend vite compte qu’il a été berné et que Bonaparte l’a embarqué pour lui faire négocier la reddition de Malte.

Dès l’arrivée en Égypte, il tombe malade et sollicite l’autorisation de regagner la France. Il embarque à Alexandrie, échappe de justesse à la flotte anglaise qui croisait au large, pour essuyer ensuite une terrible tempête qui oblige son navire à se réfugier dans le port de Tarente.

Considéré désormais comme un ennemi de Malte, il est fait prisonnier et transféré à Messine en Sicile où il est remis entre les mains de son ennemi juré, la reine des deux Siciles : Marie Caroline. Jeté dans un cachot sordide, il y vit 21 mois. Après la victoire de Marengo et l’intervention de l’ensemble de la classe scientifique, les textes préliminaires du traité de paix exigeaient comme première condition la libération de Déodat de Dolomieu.

Durant sa captivité, il avait rédigé, sur les pages de garde et dans les marges du seul livre resté en sa possession, un traité de minéralogie. Libre, il reprend son marteau de géologue pour parcourir ses chères Alpes. Mais sa détention l’a affaibli. Épuisé, il s’alite chez sa sœur Alexandrine de Dréé, chez qui il meurt le 16 novembre 1801.

Déodat Guy Sylvain Tancrède de GRATET de DOLOMIEU, fut l’un des fondateurs de la géologie et de la minéralogie alpine. Sa courte existence ne lui permit pas de donner la pleine mesure de ses moyens, mais il garde le privilège d’avoir donné son nom à cette magnifique région du Trentin méridional : Les Dolomites. Le fils (Nicolas Théodore, naturaliste) de Horace-Bénédict de Saussure, a donné le nom de dolomie au calcaire magnésien en l'honneur d'un autre savant de l'époque, Déodat de Dolomieu.


Image:Dolomieu.jpg

Mémoires :

  • Sur les pierres figurées de Florence - 1793
  • Sur les îles Ponces et catalogue des produits de l'Etna - 1788
  • Sur l'huile de pétrole dans le quartz
  • Description du béryl
  • Sur la leucite ou grenat blanc
  • Sur la strontiane sulfatée
  • Sur la substance dite pyroxène
  • Sur l'espèce minérale
  • Sur les tremblements de terre de Calabre - 1783
  • Sur les volcans éteints du Val di Noto - 1784
  • Sur les pierre composées et les roches - 1791 - 94
  • Sur la constitution physique de l'Égypte - 1793
  • Sur l'art de tailler la pierre à fusil
  • Sur la nécessité d'unir les connaissances la chimie à celles de minéralogie
  • Journal du dernier voyage du citoyen Dolomieu dans les Alpes
  • Observation sur les prétendues mines de charbon de terre de St Martin la Garenne – 1793

Principaux ouvrages :

  • Voyage aux îles Lipari - 1783
  • Notes sur la géologie et la lithologie des montagnes des Vosges
  • Rapport sur les mines du département de la Lozère
  • Lettre à M. Picot de Lapeyrouse sur un genre de pierre calcaire très peu effervescente : la dolomie - 1791
  • La philosophie minéralogique
  • Distribution méthodique des matières volcaniques - 1794
  • Description de la mine de manganèse de Romanèche - 1796

On lui doit la description de plusieurs minéraux comme :

  • l’analcime,
  • le psilomélane,
  • le béryl,
  • l’émeraude,
  • la celestite,
  • l’anthracite,
  • ...

Une espèce minérale lui est dédiée : la dolomite. De même qu'une roche, la dolomie, et tout un massif montagneux : les Dolomites.



Voir aussi : La Commission des Sciences et des Arts - Expédition d'Egypte


Retour à la Liste des personnalités

Modifier
Dernière modification de cette page le 26 décembre 2010 à 23:21.
  Cette page a été consultée 12 840 fois.  À propos de GéoWiki  Avertissements