Chrysotile

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher
Chrysotile
[[Image:{{#if:chrysotile.jpg|chrysotile.jpg|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:Chrysotile, Canada|Chrysotile, Canada|}}
Origine du nom du grec khrusos, or et tilos, fibre
Localité type voir à " statut "
Auteur(s) de la description Kobell
Date de la publication 1834
Référence de la publication
Classe chimique VIII SILICATES. Groupe d'appartenance : Kaolinite-Serpentinite.
Sous-classe chimique
Formule chimique Mg6[(OH)8
Système cristallin monoclinique
Classe de symétrie
Réseau de Bravais
Dureté "Mohs" de 3 à 4
Densité de 2,5 à 2,6
Clivages non discernable.
Cassures

Chrysotile :

  • Statut : Minéral agrée par l'I.M.A. , du chrysotile, on connaît les polytypes suivants  :
le chrysotile-Orcl (ex- orthochrysotile)localité type : Silésie, Pologne.
le chrysotile-2Mcl (ex- clinochrysotile)localité type :Bell mine, Lot 27, Range V, Thetford mine, Comté Mégantic, Québec, Canada.

Le chrysotile-Orcl, le chrysotile-2Mcl, l'antigorite et la lizardite, sont polymorphes. Ces polymorphes forment l'ancienne famille des serpentines, minéraux que l'on retrouve en mélanges divers dans les serpentinites.
Quand au parachrysotile, il est actuellement discrédité par l'I.M.A., mais la discussion se poursuit : est-il un polymorphe, est-il un polytype, est-il du chrysotile-Orcl ?

  • Propriétés optiques et autres : Fluorescence crème dans les U.V. ondes longues
  • Couleur : gris-beu, gris-jaune, jaune, verdâtre
  • Éclat du minéral : soyeux
  • Trace : blanche, grise
  • Critères de détermination : ne fond pas au chalumeau, mais blanchit ; soluble dans HCl en laissant un squelette fibreux de SiO2. Luminescence crème dans les ondes longues.
  • Morphologie des cristaux : pas de cristaux macroscopiques, uniquement des agrégats fibreux. Fibres fines, élastiques et résistantes facilement séparables les unes des autres.
  • Macles : non
  • Morphologie des agrégats : surtout massifs, parfois écailleux, aciculaires, fibreux, soyeux.
  • Conditions de formation et/ou de gisement : hydrothermale par transformation des roches ultrabasiques
  • Utilisations : matériaux ininflammables, matériaux d'isolation, papeterie, parfois pierre décorative.
  • Échantillons de collection : Les gisements les plus classiques sont situés au Canada (Québec), dans l’Oural et en Italie (Val Malenco).
    Tchécoslovaquie (Dobsina)  ; Afrique du Sud ; Zimbabwe ; Pologne (Silésie)
France (Montbert – Loire-Atlantique ; Bagnères de Bigorre – Htes Pyrénées ; Massif central)



Retour à la liste des fiches minéraux