Encyclopédie sur la géologie, paléontologie, minéralogie, etc.




Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.
Publier un article
Menu GéoWiki
Navigation

. Encyclopédie de géologie, minéralogie, paléontologie et autres Géosciences
. Communauté
. Actualités
. Modifications récentes
. Une page au hasard
. Aide
. Créer une nouvelle page
. Galerie des nouveaux fichiers

Nettoyage des minéraux

Twitter



Facebook


Pour en apprendre plus sur la Terre au temps des dinosaures, visitez Jurassic World, un site de dinosaure et de paléontologie, la science qui étudie les fossiles. Une liste de nom de dinosaure permet d'accéder à plus de 300 fiches thématiques !

> Nettoyage des minéraux

Cette page initiée par AJVD n'en est qu'a ses débuts ...N'hésitez pas à apporter votre aide et vos remarques !

[modifier] NETTOYAGE DES MINÉRAUX

[modifier] GÉNÉRALITÉS

En complément d'informations, nous vous conseillons ces lectures :

Image:Acide2.jpgAttention danger !


Les acides, bases et autres produits chimiques, concentrés peuvent provoquer des brûlures sur la peau et les muqueuses, l’utilisation doit toujours se faire par des personnes formées et équipées (blouse, gants, lunettes), et sous hotte.


[modifier] PAR MINÉRAL

  • ACTINOTE : amphibole.
    Il est nécessaire de prendre beaucoup de précautions, minéral très fragile car très fissuré.
    Attaqué uniquement par l'acide fluorhydrique. Les fibres d'amiante (actinote fibreuse) se ternissent lors du traitement.


  • ADULAIRE : feldspath.
    Dégager un maximum d'impuretés avec une aiguille puis nettoyer en brossant l'échantillon avec de l'eau.
    Les oxydes de fer peuvent être traités dans une solution de dithionite ou dans un bain d'acide oxalique.
    Certains échantillons sont recouverts de chlorite qu'il est impossible d'enlever (la chlorite s'interpénétrant avec l'adulaire). L'adulaire est soluble dans l'acide fluorhydrique.


  • ALBITE  : tectosilicate.
    Attaquée par l'acide fluorhydrique ;
    nettoyage mécanique à l'aide de petits bâtonnets de bambou puis rincer à l'eau distillée.


  • ALLANITE  : sorosilicate.
    Attaquée lentement par l'acide chlorhydrique concentré.
    Les cristaux sont facilement attaqués par l'acide fluorhydrique.


  • ANALCIME  : silicate.
    Facilement attaquée avec l'acide chlorhydrique, plus rapidement par l'acide fluorhydrique et l'eau régale.
    Les cristaux sont fragiles et leur brillance peut s'altérer suite à des bains prolongés dans une eau avec des détersifs.
    Il est conseillé d'éviter les traitements prolongés dans des bains à ultra-sons.


  • ANATASE  : oxyde.
    Insoluble dans les acides.
    Eviter l'utilisation d'objets métalliques qui pourraient endommager les arêtes des cristaux.


  • ANDALOUSITE  : néosilicate.
    Attaquée très lentement par l'acide fluorhydrique.
    Le mica qui souvent adhère à l'andalousite peut être enlevé avec une aiguille.


  • ANGLESITE  : sulfate.
    Peu soluble dans les acides concentrés, acides qui ternissent le brillant des cristaux.
    Les solutions d'acétate d'ammonium ou de citrate l'attaquent légèrement ainsi que l'acide nitrique.


  • ANHYDRITE : sulfate.
    Fragile, se raye facilement, éviter tout objet métallique pour le nettoyage, utiliser de fines baguettes de bambou. Très peu dissoute par les acides.
    Attention : en milieu saturé en humidité se transforme en gypse.


  • ANKERITE : carbonate.
    Peu soluble dans les acides à froid. Après traitement, neutraliser et bien rincer pour éviter d'éventuels dépôts d'oxyde de fer.
    Eviter l'utilisation d'instruments métalliques.


  • ANNABERGITE : arséniate.
    Soluble dans tous les acides qui, notamment, ternissent le brillant des cristaux. Eviter l'emploi de détergents. Nettoyer à l'eau distillée ou dans un bain à ultra-sons.


  • APATITE : phosphate.
    Attaquée rapidement dans l'acide chlorhydrique dilué. Les oxydes de fer peuvent être enlevés au dithionite.
    Eviter les instruments métalliques.


  • APOPHYLYLITE : Phyllosilicate.
    Dissoute par l'acide sulfurique, attaquée rapidement par une solution d'acide chlorhydrique, d'eau régale et autres acides, ultra-sons à éviter.
    Très fragile, nettoyer à l'eau distillée.


  • ARAGONITE : carbonate.
    Tout comme la calcite elle se dissout avec effervescence dans tous les acides. Pour faire disparaitre les colorations liées à des argiles rougeâtres, il est possible de la tremper quelques secondes dans un bain d'acide chlorhydrique très dilué avec de l'eau.
    Ne pas oublier de neutraliser dans une solution eau + bicarbonate de soude ou eau + soude.


  • ARGENT
    Très rapidement dissout par l'acide nitrique et l'acide sulfurique à chaud ainsi que par l'eau régale et les solutions de cyanure. Insoluble dans les alcalis.
    Pas de nettoyage mécanique.


  • ARSENOLITE  : oxyde.
    Soluble dans l'acide chlorhydrique et dans toutes les solutions d'hydroxydes.
    L'eau ne la dissout que très peu.


  • ASTROPHYLLITE  : inosilicate.
    Très rapidement attaquée par l'acide fluorhydrique, moins par l'acide sulfurique concentré et par l'acide chlorhydrique avec lequel elle forme un gel.


  • ATACAMITE  : halogénure.
    Dissoute par les acides notamment par l'acide chlorhydrique. Nettoyage à l'eau additionnée de détersifs. Eviter toute action mécanique.


  • AUGITE  : inosilicate.
    Seul l'acide fluorhydrique l'attaque très lentement.


  • AURICHALCITE  : carbonate.
    Très rapidement dissoute par les acides et par les solutions concentrées d'ammoniaque. Plonger l'échantillon dans un bain d'eau distillée, éviter l'utilisation de savons détersifs.


  • AUTUNITE : phosphate.
    Nettoyage à l'eau distillée. Soluble dans les acides, rapidement dissoute par l'acide nitrique.


  • AXINITE : cyclosilicate.
    Insoluble dans les acides à l'exception de l'acide fluorhydrique.


  • AZURITE : carbonate.
    Soluble dans tous les acides ainsi que dans l'ammoniaque, seul un petit nettoyage à l'eau chaude peut être effectué. Après un petit nettoyage mécanique avec une baguette de bambou, l'azurite peut également subir un bain aux ultra-sons.


  • BARYTINE : sulfate.
    Nettoyage par tous les acides excepté l'acide sulfurique concentré et chaud qui la dissout lentement.
    Attention aux oxydes de fer qui lors d'une attaque prolongée peuvent détériorer l'échantillon : formation d'oxalates.
    Elle est sensible à l'action de la chaleur.


  • BERYL  : Cyclosilicate.
    Aigue-marine, émeraude, héliodore, morganite
    Facile à nettoyer car ce minéral est inattaquable par les acides, seule la gangue peut déterminer le mode de traitement.


  • BIOTITE  : Phyllosilicate.
    Nettoyage rapide à l'alcool puis essuyer immédiatement, minéral très fragile qu'il faut éviter d'immerger dans n'importe quel liquide car cela produirait un délitement des lamelles.


  • BLENDE ou SPHALERITE  : sulfure.
    Attention danger ! la blende est dissoute par tous les acides avec un important dégagement d'hydrogène sulfuré.
    Minéral fragile, nettoyage à l'eau + un agent mouillant (liquide vaisselle) avec une brosse douce.


  • BORNITE  : sulfure.
    Nettoyage à l'eau, la bornite est dissoute par tous les acides forts.


  • BOULANGERITE  : sulfure.
    Ce minéral très fragile craint la lumière et l'humidité, tout traitement à l'eau (les cristaux aciculaires sont rendus opaques par immersion dans l'eau) et aux acides est à proscrire. L'alcool peut être employé pour un petit nettoyage si besoin.
    La boulangérite est décomposée par l'acide chlorhydrique concentré à chaud.


  • BOURNONITE  : sulfure.
    Attaquée par tous les acides, notamment par l'acide nitrique, elle craint les brossages énergiques, éviter toutes actions mécaniques avec des instruments métalliques.
    Nettoyer à l'eau distillée.


  • BROOKITE : oxyde.
    Seul l'acide sulfurique l'attaque très lentement.


  • CALCEDOINE : oxyde.
    Dissoute par l'acide fluorhydrique, elle n'est pas attaquée par les autres acides.


  • CALCITE : carbonate.
    Elle se dissout très rapidement dans tous les acides avec effervescence due à la formation de l'anhydride carbonique. La corrosion des cristaux et leur brillance dépendent de la concentration de l'acide et de la durée du bain.
    En règle générale on utilise de l'acide chlorhydrique, il est nécessaire de faire des essais pour trouver la dilution qui peut aller de 1 volume d'acide pour 1 volume d'eau à 1 volume d'acide pour 8 volumes d'eau. Il est nécessaire de remuer les échantillons assez souvent pour éviter la corrosion des faces des cristaux. Ne pas oublier de neutraliser après le bain aux acides avec de l'eau additionnée de bicarbonate de soude ou toute autre base.


  • CASSITERITE : Oxyde.
    Minéral dur et résistant, peut être nettoyé par la plupart des acides.
    Les instruments métalliques peuvent être utilisés pour dégager les cristaux. Le bain aux ultra-sons n'est pas conseillé, les cristaux pouvant se détacher de la gangue.


  • CELESTITE : sulfate.
    Elle peut être nettoyée par tous les acides.
    Les bâtonnets de bambou peuvent être utilisés pour dégager certains cristaux. Attention aux différences de température lors des bains, un choc thermique peut entrainer le clivage de certains cristaux.


  • CERUSITE : carbonate.
    Attaquée par tous les acides et dissoute par l'acide nitrique, même un lavage avec de l'acide chlorhydrique dilué entraine l'opacité des cristaux. Ne pas utiliser de détergents forts lors du nettoyage.
    Eviter l'utilisation d'instruments métalliques.


  • CHABASITE : zéolite.
    Attaquée par l'acide fluorhydrique, l'acide chlorhydrique et l'eau régale. Les détergents forts, l'ammoniaque, etc... doivent être évités.
    Ne pas utiliser de bain aux ultra-sons.
    Rincer à l'eau distillée.


  • CHALCOPYRITE : sulfure.
    Dissoute par l'acide nitrique, elle est attaquée lentement par les autres acides. On peut utiliser une dilution d'acide chlorhydrique pour enlever des dépôts de calcite, mais ce traitement entraine des irisations sur le minéral ; ces irisations peuvent être enlevées en effectuant de nombreux rinçages dans une eau ammoniaquée (1/4 de litre d'eau pour une cuillerée d'ammoniaque) puis rincer à nouveau à l'eau distillée.
    L'utilisation d'instruments métalliques est à proscrire.


  • CHRYSOCOLLE : cyclosilicate.
    Laver à l'eau distillée en évitant tout détergent, minéral très poreux.


  • CINABRE : sulfure.
    Dissout dans l'eau régale. Devient opaque si on l'expose à la lumière. Nettoyage avec un morceau de coton. Éviter d'utiliser tout instrument métallique.


  • CORDIERITE : silicate.
    N'utiliser les acides que pour des cristaux non altérés.


  • CORINDON : oxyde.
    Il n'est pas attaqué par les acides, même à chaud.
    Sa dureté permet tous traitements mécaniques.


  • CROCOÏTE : Chromate.
    Les acides l'attaquent lentement. Minéral fragile qui interdit un nettoyage par action mécanique. Attention trop de lumière opacifie les cristaux.


  • CUIVRE
    Le cuivre étant attaqué par tous les acides, il est préférable de le laver à l'eau distillée. Il est cependant possible d'utiliser l'acide acétique, puis une bonne neutralisation de soude et un rinçage à l'alcool.


  • CUPRITE : inosilicate.
    Elle est dissoute par tous les acides concentrés et dans les solutions ammoniaquées chaudes. Traiter à froid dans un bain d'acide dilué.


  • DIOPSIDE : cyclosilicate.
    Seul l'acide fluorhydrique l'attaque, il résiste aux autres acides. Facile à nettoyer.


  • DIOPTASE : cyclosilicate.
    Elle est attaquée par tous les acides ainsi que par les bases.
    Malgré sa fragilité, il est possible d'effectuer un nettoyage par un bain aux ultra-sons.


  • DOLOMIE : carbonate.
    Elle n'est dissoute que dans l'acide chlorhydrique concentré à chaud.


  • ENARGITE : sulfure.
    Dissoute par l'eau régale et par l'acide nitrique.
    La pellicule noire sur les cristaux ne peut s'enlever.


  • EPIDOTE : sorosilicate.
    Dissoute par l'acide chlorhydrique à chaud, elle est également attaquée par l'acide fluorhydrique.


  • ERYTHRITE : arséniate.
    Dissoute par tous les acides. Les détergents et l'ammoniaque l'attaquent.
    Minéral très fragile. Si l'on utilise les ultra-sons il faut utiliser de l'eau distillée pour éviter tout échauffement.
    Une exposition prolongée à la lumière altère la brillance des cristaux.


  • EUCLASE  : néosilicate.
    Attaquée seulement par l'acide fluorhydrique.
    Se clive facilement. Minéral fragile.


  • FELDSPATHS : silicates.
    Ils sont tous attaqués par l'acide fluorhydrique. Une solution au dithionite ou aux acides oxalique et citrique peut être utilisée pour enlever les traces d'oxydes de fer.


  • FLUORINE : halogénure.
    Ce minéral est attaqué par l'acide sulfurique chaud en dégageant de l'acide fluorhydrique (= danger !). L'acide chlorhydrique peut être utilisé (avec précautions, selon les provenances et l'état de surface), ainsi que le dithionite pour son nettoyage.


  • GALENE : sulfure.
    Attaquée par les acides, notamment par les acides nitrique et chlorhydrique. Elle perd de la brillance, l'acétate d'ammonium lui redonne du brillant. Ne pas utiliser d'instruments métalliques, se raye.


  • GOETHITE : Hydroxyde.
    Attaquée lentement par l'acide chlorhydrique, également par l'acide oxalique chaud. Elle ne retrouve pas sa brillance, sauf pour les parties brillantes existantes qui ne sont pas attaquées.


  • GRENATS  : nésosilicates.
    Ils sont tous pratiquement inattaquables dans les acides sauf par l'acide fluorhydrique.
    Dans la plupart des cas les cristaux se trouvent dans des gangues qui permettent uniquement une attaque mécanique.


  • GYPSE : sulfate.
    Le gypse est légèrement soluble dans l'eau et dans l'acide chlorhydrique.
    Eviter les attaques mécaniques, il se raye très facilement.
    Attention le péroxyde d'hydrogène ou eau oxygénée 130°/volumes, qui sert notamment pour enlever les argiles, provoque une réaction de chaleur qui risque de nuire à la transparence des cristaux.


  • HALITE : halogénure.
    Très sensible à l'humidité, peut être lavée uniquement à l'acétone.


  • HEMATITE : oxyde.
    Faiblement attaquée par l'acide chlorhydrique chaud.
    Les traces de limonite peuvent être enlevées dans un bain de cristocline acide ou de dithionite.



  • HEMIMORPHITE :sorosilicate.
    Il est nécessaire de faire des tests sur de petits morceaux du minéral avant de procéder au nettoyage.
    L'hémimorphite est attaquée par tous les acides forts et certains acides faibles concentrés et chauds.


  • ILLMENITE : oxyde.
    Peu attaquée par les acides, sauf par l'acide chlorhydrique chaud.


  • LAUMONITE : tectosilicate.
    Elle est dissoute par l'acide chlorhydrique avec la formation d'un gel caractéristique aux zéolites.
    Les cristaux sont fréquemment fissurés donc très fragiles.
    Nettoyage aux ultra-sons déconseillé.


  • LEPIDOLITE : phyllosilicate.
    Attaquée par l'acide fluorhydrique.
    Eviter l'utilisation d'instruments métalliques.


  • LEUCITE : tectosilicate.
    Dissoute par l'acide fluorhydrique et par l'acide chlorhydrique concentré.
    Cristaux assez fragiles à manipuler avec précaution.


  • LIMONITE : hydroxyde.Elle est dissoute par l'acide chlorhydrique et l'acide fluorhydrique.
    Pour la nettoyer on peut utiliser de l'acide oxalique dont l'attaque peut être augmentée avec une solution chaude.
    Pour éviter la formation et le dépôt de sels insolubles, il faut bien neutraliser l'acide et rincer à l'eau distillée.


  • MAGNESITE : carbonate.
    Elle est dissoute par tous les acides, mais on peut l'attaquer sans problème avec des solutions saturées d'acide acétique ou tartrique.


  • MALACHITE : carbonate.
    Elle est attaquée par tous les acides ou bases, seul un nettoyage des masses mamelonnées avec des agents mouillants comme le liquide vaisselle, l'eau savonneuse ou de l'acétone peut être envisagé.


  • MARCASSITE : sulfure.
    La marcassite est un sulfure très instable.
    Dans de mauvaises conditions de conservation et non traité, il libère de l'acide sulfurique qui peut nuire et endommager les minéraux situés à proximité. Un lavage à l'eau distillée suivi d'une neutralisation avec une base telle l'ammoniaque, puis un nouveau rinçage à l'eau distillée suivi d'un bain dans l'acétone, déshydratera plus efficacement ce minéral.
    Il peut être utilisé de la laque à cheveux ou du verni à aquarelle en fine pellicule pour le protéger…


  • MESOLITE : sorosilicate.
    Seul un nettoyage aux ultra-sons peut être tenté.
    Comme toutes les zéolites, elle est très sensible aux acides.


  • MICA : silicates. (Biotite, muscovite, phlogopite, lépidolite, …).
    Minéral très fragile qu'il faut éviter d'immerger dans n'importe quel liquide car sa dilatation provoquerait un délitement des lamelles. Nettoyage rapide à l'alcool puis essuyer l'échantillon.


  • MICROCLINE : tectosilicate.
    Minéral dont la porosité rend difficile et très délicate toute attaque avec des acides. Seul l'acide fluorhydrique le dissout.
    Avant toute attaque aux acides il faut laisser tremper l'échantillon dans de l'eau distillée afin de saturer les pores.


  • MILLERITE : sulfure.
    Minéral très fragile, devant être manipulé avec beaucoup de précautions. Il est décomposé par l'acide nitrique très rapidement, mais reste peu sensible aux autres acides.


  • MISPICKEL ou ARSENOPYRITE : sulfure.
    Décomposé très rapidement par l'acide nitrique.


  • MOLYBDENITE : sulfure.
    Se dissout dans l'acide nitrique et l'eau régale. Pas d'attaque par les acides faibles, oxalique, citrique, ...


  • MORDENITE : tectosilicate.
    Famille des zéolites. Dissoute dans l'acide chlorhydrique avec lequel elle forme un gel.


  • NATROLITE : tectosilicate.
    Tout comme les autres zéolites elle est dissoute par l'acide chlorhydrique et l'acide fluorhydrique avec lequel elle forme un gel.


  • NEPTUNITE : silicate.
    N'est pas endommagée par l'acide chlorhydrique en solution normale, pour enlever les traces de natrolite qui peuvent l'accompagner. L'acide chlorhydrique concentré peut provoquer des opacités sur certains cristaux, elles peuvent être enlevées à l'aide de baguettes de bambou.


  • NONTRONITE : phyllosilicate.
    L'acide chlorhydrique le dissout en formant un gel.


  • OKENITE : tectosilicate.
    Minéral très fragile, ne supporte pas le contact d'un liquide. Tout comme les autres zéolites, elle forme un gel avec les acides.


  • OLIVENITE : arséniate.
    Attaquée par tous les acides, pour la nettoyer utiliser de l'eau distillée.


  • OPALE : oxyde.
    Minéral très fragile,se déshydrate sous l'action de la chaleur, parfois se fissure ou se casse.


  • ORPIMENT : sulfure.
    Fragile attaqué par l'acide nitrique, l'eau régale et tous les alcalis.
    Attention s'altère à la lumière.


  • ORTHOSE : tectosilicate.
    Nettoyage identique à celui du microcline.


  • PREHNITE : phyllosilicate.
    Une trop longue attaque dans l'acide chlorhydrique risque de détériorer l'échantillon.


  • PROUSTITE : sulfure.
    Minéral qui s'altère très facilement à la lumière.
    Il est très soluble dans l'acide nitrique. Sa couleur disparait sous une pellicule sombre qui ne part que lors d'un nettoyage aux ultra-sons. Ce minéral est aussi sensible à la chaleur et aux chocs. À conserver impérativement à l'abri de la lumière et de la chaleur.


  • PSILOMELANE : oxyde.
    Le psylomélane regroupe un certain nombre d'oxydes de manganèse, il est attaqué par l'acide chlorhydrique, il réagit en dégageant une importante quantité de chlore (= danger !). Pour l'isoler on peut utiliser de l'acide oxalique.
    Les oxydes de manganèse sont solubles dans le méta-bisulfite de soude.


  • PYRITE : sulfure.
    Ce minéral présente parfois l'inconvénient de s'oxyder en dégageant de l'acide sulfurique.
    Préparer une solution d'acide chlorhydrique et plonger l'échantillon dans celle-ci durant 15 minutes, (toutefois cette opération est fonction de la gangue, par exemple, celle des pyrites de Navajun ne résistera pas au traitement = traitement à éviter si la gangue est calcaire), puis neutraliser la pièce dans une solution d'ammoniaque. Bien sécher (utiliser un sèche-cheveux) puis immerger dans l'alcool. La brillance des cristaux peut être redonnée en frottant ces derniers avec une brosse à dents imbibée de pâte d'argent.
    Certains collectionneurs recouvrent la pyrite d'un vernis protecteur après le traitement.


  • PYROLUSITE : oxyde.
    Attention, attaquée par l'acide chlorhydrique elle dégage des vapeurs de chlore (= danger !), mieux vaut utiliser le métabisulfite de soude qui présente moins de danger et qui est tout aussi efficace.


  • PYROMORPHITE : phosphate.
    Elle est faiblement attaquée par les acides : la nettoyer à l'eau distillée.
    Toutefois pour les échantillons très sales (procéder à un essai sur une partie non ou moins visible de l'échantillon) prendre 2 récipients, l'un contenant de l'eau de javel, l'autre de l'eau oxygénée 130°/volumes, un pinceau et imbiber la pièce alternativement de ces 2 produits en prenant soin de rincer son pinceau entre chaque passage sur le minéral. L'opération terminée bien rincer à l'eau distillée.


  • QUARTZ : oxyde.
    Il n'est attaqué que par l'acide fluorhydrique, ce qui laisse une gamme de traitements importante. Toutefois il faut se méfier des échantillons qui présentent une certaine porosité ou des petites fissurations car l'acide peut déposer des traces comme des oxalates qui tacheront les échantillons définitivement.
    Bien neutraliser (bain avec une base, soude, ammoniaque, bicarbonate...). Rincer abondamment.


  • REALGAR : sulfure.
    Minéral à conserver à l'abri de la lumière, se transforme en orpiment qui se décompose par la suite. Il peut être nettoyé avec de l'acide nitrique qui l'attaque lentement ou avec de l'ammoniaque. Bien neutraliser et bien rincer à l'eau distillée.


  • RHODOCHROSITE : carbonate.
    Minéral très sensible à toutes les attaques. Il est raisonnable de le conserver en l'état. La couche blanche qui parfois le recouvre est une patine que l'on ne peut dissoudre.


  • RUTILE : oxyde.
    Tout comme l'anatase, la brookite, on peut le nettoyer avec des acides dilués ou dans de l'eau distillée.
    Le rutile est peu sensible aux acides.


  • SANIDINE : tectosilicate.
    Peut être nettoyée par tous les acides, excepté fluorhydrique.


  • SCHEELITE : wolframate.
    Elle est soluble dans tous les acides et notamment dans l'acide chlorhydrique avec lequel elle forme un résidu jaune : l'anhydride wolframique.


  • SCOLECITE : tectosilicate.
    Attaquée par tous les acides et sutout par l'acide chlorhydrique avec lequel elle forme un précipité gélatineux.


  • SCORODITE : arséniate.
    Nettoyer à l'eau distillée dans le bac à ultra-sons.
    Dissoute par tous les acides et les bases fortes.


  • SIDERITE : carbonate.
    Se dissout dans l'acide chlorhydrique chaud.
    Elle est souvent recouverte de limonite par oxydation superficielle.


  • SMITHSONITE : carbonate.
    Dissoute par l'acide chlorhydrique chaud avec effervescence. Nettoyage à l'eau distillée.


  • SOUFRE : métalloïde.
    Le soufre est insoluble dans l'eau et les acides.
    Sensible à la chaleur, aux chocs thermiques et à la lumière trop vive.


  • SPHALERITE Voir BLENDE.


  • SPHENE ou TITANITE : néosilicate.
    Très peu attaquée par l'acide chlorhydrique, se dissout rapidement dans l'acide sulfurique.


  • SPINELLE ou MAGNETITE : oxyde.
    Facilement nettoyée dans l'acide chlorhydrique. Il peut être également utilisé des instruments métalliques.


  • STAUROTIDE : néosilicate.
    Insoluble dans les acides sauf dans l'acide sulfurique concentré et chaud. Comme moyen mécanique de nettoyage, le sablage peut être utilisé.


  • STIBINE : sulfure.
    Se dissout dans l'acide nitrique concentré et chaud.
    Ne pas utiliser de détergents trop forts, lavage à l'eau distillée conseillé.
    Trop de lumière forte la rend terne.


  • STILBITE : tectosilicate.
    Comme beaucoup d'autres zéolites elle est dissoute par l'acide chlorhydrique avec formation d'un gel.
    Lavage de l'échantillon à l'eau distillée.


  • TALC : phyllosilicate.
    Très tendre, rayable à l'ongle, il est pratiquement inattaquable par les acides excepté par l'acide fluorhydrique.
    Sous sa forme cristallisée il ne supporte aucun choc. La chaleur engendrée par une source de lumière trop proche agit sur les lamelles.


  • TETRAEDRITE : sulfure.
    Soluble dans l'acide nitrique concentré chaud.
    Le nettoyage peut s'effectuer avec des solutions d'acides oxalique, citrique, tartrique, qui donne de bons résultats. Bien neutraliser et bien rincer.


  • T0RBERNITE : phosphate.
    Elle est attaquée par les acides, notamment par l'acide nitrique.
    Sur les échantillons sur gangue, les ultra-sons sont à proscrire, sur les flottants bien cristallisés les ultra-sons ne créaient aucun problème et dégagent bien les cristaux de l'argile.
    Ce minéral a tendance à se déshydrater, veiller à l'humidifier de temps à autre pour éviter qu'il se transforme en Métatorbernite.


  • TOURMALINE : cyclosilicate.
    Insoluble dans tous les acides. Prudence lors de l'utilisation des ultra-sons.


  • TREMOLITE : inosilicate.
    Attaquée seulement par l'acide fluorhydrique, elle peut donc être mise en valeur en se servant d'autres acides dilués comme l'acide chlorhydrique car sa gangue (bien souvent du calcaire) peut être dissoute.


  • VALENTINITE : oxyde.
    Nettoyage à l'eau distillée car elle est attaquée par tous les acides.


  • VANADINITE : vanadate.
    Elle est soluble dans les acides chlorhydrique et nitrique.
    Trop de lumière rend terne l'échantillon.


  • VESUVIANITE : sorosilicate.
    Attaquée faiblement par les acides chlorhydrique et nitrique, attaquée par l'acide fluorhydrique.


  • VIVIANITE : phosphate.
    Attaquée par tous les acides forts mais elle est insoluble dans l'acide oxalique.
    Les échantillons se détériorent souvent (par deshydratation, surtout) en changeant de couleur et en se craquelant.


  • WAVELLITE : phosphate.
    Attaquée par les acides elle devient terne, elle se dissout dans la potasse.
    Rinçage à l'eau distillée, les ultra-sons peuvent être utilisés.


  • WITHERITE : oxyde.
    Rincer à l'eau distillée et sécher à l'acétone. Elle est attaquée par tous les acides.


  • WOLFRAMITE : oxyde.
    Elle n'est attaquée que par l'eau régale, son nettoyage est donc simplifié.


  • WOLLASTONITE : inosilicate.
    Dissoute dans l'acide fluorhydrique mais peu dans l'acide chlorhydrique. Neutraliser et bien rincer.


  • WULFENITE : molybdate.
    Attaquée par l'acide chlorhydrique, nitrique et par l'eau régale. Nettoyer dans un bain aux ultra-sons avec un détersif.


  • ZINCITE : oxyde.
    Fragile, la zincite doit être nettoyée à l'eau distillée. Attention bien sécher. Elle est soluble dans les acides chlorhydrique et nitrique.


  • ZIRCON : néosilicate.
    Très dur, insoluble dans les acides.
    Peut être dégagé de sa gangue par des moyens mécaniques pour sa mise en valeur.

....Page en cours !


Pour en savoir davantage sur les minéraux, en consultant leurs monographies, passez par : la liste des minéraux



à voir aussi pour en apprendre plus sur les minéraux et les roches

la détermination des minéraux | Classification Chimique des minéraux | silicates | Roche

La cristallographie | systèmes cristallins | Cristal | Les macles | Troncatures


et aussi
Vocabulaire géologique | Lexique des termes employés en minéralogie | Lexique volcanologique Fiches_de_présentation_des_roches
Modifier
Dernière modification de cette page le 6 septembre 2012 à 17:14.
  Cette page a été consultée 40 407 fois.  À propos de GéoWiki  Avertissements