Trilobites : éléments de nomenclature thoracique

De Géowiki
Aller à : navigation, rechercher

Trilobites : éléments de nomenclature thoracique

(face dorsale)

Le thorax correspond chez les trilobites, à la région (tagma) comprise entre le céphalon et le pygidium (Bordure postérieure du céphalon et bordure antérieure du pygidium).

  1. REDIRECT Trilobites : trilobation longitudinale et transversale
  2. REDIRECT Trilobites : éléments de nomenclature céphalique
  3. REDIRECT Trilobites : éléments de nomenclature pygidiale

Il est formé d’un certain nombre de segments (somites) articulés, très mobiles (2 à une quarantaine).
Un segment thoracique est composé d’un anneau axial plus ou moins convexe, flanqué de 2 plèvres latérales.

Planche 1
Nomenclature thoracique

Trilobite-84.jpg


Planche 2
2 segments thoraciques isolés

Trilobite-85.jpg


La région axiale :

L’anneau axial est ceinturé latéralement par une paire de sillons axiaux (sillons dorsaux), prolongations postérieures des sillons dorsaux glabellaires.
Un anneau axial présente 2 parties distinctes :

  • L’anneau thoracique proprement dit, qui est toujours visible 
  • Le demi-anneau articulaire situé en avant de l’anneau thoracique et occulté par l’anneau qui précède.

Anneau thoracique et demi-anneau articulaire, sont séparés par un sillon articulaire.
(Le demi-anneau articulaire n’est normalement visible que lorsque l'exosquelette est enroulé ou présente un début d’enroulement)
Selon les espèces, nous aurons une région axiale soit lisse, soit à granulation plus ou moins intense (Granules, tubercules, épines…)
L’ensemble des anneaux axiaux constitue l’axis (rachis).

Les lobes pleuraux :

Une plèvre présente 2 parties : une région pleurale interne horizontale, adaxiale au sillon axial ; une région pleurale externe souvent inclinée, pouvant se prolonger par une épine pleurale plus ou moins développée.
Ces 2 régions (interne et externe) sont séparées par une géniculation, le fulcrum.
L’inclinaison des plèvres par rapport à l’axis montre une grande variabilité, en voici quelques exemples :

  • Plèvres planes : Dionide
  • Plèvres régulièrement arquées : Panderia, Ectillænus, (Nileidæ, Illænidae etc…)
  • Plèvres à extrémités distales abruptes : Colpocoryphe, Neseuretus, Placoparia, etc… (Calymenidæ, Pliomeridæ etc…)

(voir planche 3)


Planche 3
Variabilité du profil transversal thoracique

Trilobite-86.jpg


La surface d’une plèvre est divisée en 2 bandes longitudinales par une rainure, le sillon pleural (bande pleurale antérieure ; bande pleurale postérieure).
Le sillon pleural peut être absent chez certaines formes à ornementation discrète (Nileidæ, Illænidæ ; certains Asaphidæ…) ou prendre l’aspect d’un « bourrelet » (fusion des bandes antérieures et postérieures) (chez Placoparia par ex.).

La séparation entre 2 plèvres est soulignée par le sillon interpleural.

L’ensemble des plèvres forme un lobe ou flanc pleural.



A consulter absolument :
http://www.trilobites.info/index.html
http://jbricegayet.free.fr/

« TRILOBITES » de Patrice LEBRUN ; Editions CEDIM – Minéraux et Fossiles ; ISBN 0335-6566 HS2


(Les clichés originaux ont été réalisés avec un APN Canon PowerShot A710, les planches construites avec le logiciel Adobe Photoshop)

Yvan LEMEUR, le 29/10/2007


Portail Paléontologie
Vocabulaire géologique | Répertoire des fossiles | Lexique des termes employés en paléontologie descriptive