Les maars de la Haute-Loire

De Géowiki : minéraux, cristaux, roches, fossiles, volcans, météorites, etc.
Révision datée du 4 mars 2021 à 22:30 par Le sablais (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire du sujet

Généralités
Les maars du Puy de Dôme
Les maars de la Haute-Loire
Les maars de l'Ardèche
Les maars de l'Hérault
Les maars du Cantal
Les maars du Var

LES MAARS DE LA HAUTE-LOIRE

Lac de Saint-Front. Les maars de la Haute-Loire sont aussi assez nombreux. Ce sont des maars basaltiques. Si quelques-uns persistent à l'état de lac (Lac du Bouchet), la plupart ont évolué vers le stade marécageux. On compte d'ailleurs dans la région beaucoup de maars qui ont été exploité pour la tourbe.



Lac du Bouchet

Ce lac presque circulaire, entouré de forêts, est à cheval sur les communes de Cayres et de St Nicolas. Situé à 1205 mètres d’altitude, il mesure 800 mètres de diamètre pour 44 hectares de superficie.
Sa formation résulte, il y a 800 000 ans, d’une explosion phréato-magmatique qui a crée ce vaste cratère de maar. Le lac qui en a résulté, mesurait 100 mètres de profondeur à l’origine, mais les sédiments déposés ultérieurement ont peu à peu ramené sa profondeur à 28 mètres. Les débris de l’éruption phréato-magmatique s’observent en anneaux autour du cratère.


Lac de Saint Front

Lac de Saint-Front.


A l’est de la commune de Saint-Front, ce lac occupe 30 hectares pour 700 mètres de diamètre. Situé à 1236 mètres d’altitude, il est alimenté en permanence par des sources d’eau souterraine et est aussi la source de la Gagne.
Sa profondeur est de sept mètres avec en-dessous 47 mètres de vases qui se sont accumulées au cours des temps géologiques. L’éruption phréato-magmatique a été datée de 130 000 ans environ ; elle a laissé sur le coté nord-ouest surtout des projections qu’on peut observer dans une petite carrière. C’est une brèche litée riche en fragments de granite du Velay et de migmatites (gros débris jusqu’à un mètre de dimensions). On y trouve aussi des nodules de péridotites provenant du manteau (lherzolite), des zéolites dans du basalte…

Coupes dans les projections de la carrière
Maar du lac de Saint-Front 3.jpg
Vue générale, dans une petite carrière,
des projections de ce maar.
(Photo Hotel La Decouverte Les Estables)
Maar du lac de Saint-Front.jpg
Petite carrière ouverte dans
l'anneau pyroclastique du maar
du lac de Saint-Front . On observe
une brèche litée (caractère rythmique
des explosions), peu cohérente, très
riche en fragments du socle : granite
et migmatites du Velay. Présence
également de nombreux fragments basaltiques
de toutes tailles (basalte massif,
basalte bulleux, basalte à Zéolites etc...)
Maar du lac de Saint-Front 2.jpg
Gros plan sur l’affleurement :
on observe bien l’aspect lité, la
couleur typiquement noire des dépôts,
l'abondance de matériel pulvérisé :
basalte vitreux (trempe avec l'eau),
fragments et blocs (parfois énormes) du
socle (roches granitiques), sables basaltiques
et granitiques etc...


Lac de Saint-Front. (photo Hôtel La Découverte Les Estables).


Le Pechay

Située au sud-ouest de Costaros, cette dépression, causée à l’origine par une éruption phréato-magmatique, est actuellement une retenue d’eau artificielle qui a été aménagée dans l’ancien maar. Ce lac possède des zones marécageuses ce qui en fait un site idéal pour les oiseaux lors de leur migration. C’est aussi un site de pêche réputé.


Maar de Praclaux

La commune de Landos-Sauvetat possède trois maars : le maar de Praclaux (ou Courbe de Praclaux), la narse de Sauvetat et la narse de Landos.
Le maar de Praclaux (altitude 1092 mètres) fait une trentaine d’hectares. Cet ancien lac de cratère d’explosion a peu à peu évolué, grâce à un bon drainage naturel, en marais à sol argileux.

Maar de la Sauvetat

Situé au nord-est du village de La Sauvetat, ce maar fait environ 55 hectares. La cuvette, d’environ 1059 mètres d’altitude a 60 mètres de profondeur. A l’origine, on avait ici un lac de maar qui a évolué en tourbière. L’exploitation de tourbe dans les années 1970 a quelque peu modifié le site. Une restauration de cette zone est actuellement en cours (préservation de la zone humide…).
Une carrière ouverte (route des Barges) permet l’observation des produits de projection de l’éruption phréato-magmatique (litages, antidunes, stratification entrecroisée, chenaux…) et de la pétrographie (bombes vitreuses, tufs scoriacés…).

Coupes dans les projections (carrière de Landos-La Sauvetat)
Maar de Landos 1.jpg
Une carrière ouverte dans l'anneau
pyroclastique du maar montre le
caractère rythmique des explosions,
la couleur typiquement noire des
dépôts, l'abondance de matériel
pulvérisé : basalte vitreux (trempe
avec l'eau), fragments et blocs (parfois
énormes) du socle (roches granitiques),
sables basaltiques et granitiques etc....
Maar de Landos 2.jpg
Un plan rapproché montre bien
montre le caractère rythmique des
explosions (litage), la couleur
typiquement noire des dépôts,
l'abondance de matériel pulvérisé :
basalte vitreux (trempe avec l'eau),
fragments et blocs (parfois énormes)
du socle (roches granitiques), sables
basaltiques et granitiques etc...
Maar de Landos 4.jpg
Gros plan des projections.
On observe bien les fragments et
blocs (parfois énormes) du socle
(roches granitiques) mélangés aux
sables basaltiques et granitiques etc...



Maar de Landos (ou maar de Ribains)

Situé aussi sur la commune de Landos-La Sauvetat, au sud-ouest du village de Landos, ce maar a 85 hectares de superficie. Le fond de la cuvette est à 1070-1080 mètres d’altitude pour une profondeur de 30 à 40 mètres.
Tout comme le maar précédent, le lac de maar d’origine a évolué peu à peu en tourbière. Au nord et au sud-est, s’observent des cônes de scories qui entourent la dépression. Ces cônes de scories sont dissymétriques, ce qui indique qu’ils sont antérieurs à l’explosion du maar qui les a amputés au cours de l’éruption.

Narse de Chaudeyrolles

Narse de Chaudeyrolles.


Ce site fut à l’origine (âge présumé : 166 000 ans) un vaste cratère de maar d’environ 1500 mètres de diamètre. Les projections de cette éruption phréato-magmatique sont peu visibles et situées sous les maisons du village actuel de Chaudeyrolles.
Au cours des temps géologiques, un lac occupa ensuite le cratère. ; par la suite, il se transforma en narse (tourbière). L’activité humaine (exploitation de la tourbe par exemple) a beaucoup modifié le site qui conserve cependant, à l’heure actuelle, de nombreux intérêts naturels.

Cirque des Boutières

Ce site est au sud du Mont Mezenc près des Estables. Son histoire se décline en plusieurs étapes. A l’origine, un volcan de type strombolien, édifiant un strato-volcan, avec alternance de projections et de coulées (présence de projections rougeâtres). La présence d’eau (couverture glacio-neigeuse, surface lagunaire ou nappe phréatique) a provoqué ensuite une activité explosive (type « maar ») qui a pulvérisé le matériel volcanique antérieur pour donner des tufs jaunes (surplom au-dessus du cirque). Le volcan a ensuite repris son activité strombolienne (présence de nouvelles projections rougeâtres au-dessus des tufs jaunes).
Les projections de type maar (riches en éléments du socle) peuvent être observées au sud du col des Boutières. L’ensemble du site mesure 1 500 à 2 000 mètres de diamètre.

Maar de Soleilhac

Ce maar (situé près de Blanzac) est connu pour ses vestiges paléolithiques et ses ossements de grands mammifères. A l’origine, une éruption phréato-magmatique a crée un maar qui a évolué en lac. Sur une ile de ce bassin lacustre, s’est développé un habitat paléolithique dont on a découvert de beaux indices : outils (choppers, éclats, pièces bifaçoïdes, racloirs épais, petits denticulés), empilement de pierres et de gros ossements... ainsi que de nombreux ossements de Mammifères (Ursus deningeri, Mammuthus trogontherii, Cervus acoronatus et bien d’autres). Il devait sans doute s’agir d’un campement de chasseurs occupant ce site sur de courtes durées pendant plusieurs dizaines de milliers d’années.
L’ile a ensuite disparu par affaissement (vers -930 000 à -940 000 ans) et le lac s’est rempli de sédiments divers et de produits volcaniques issus de volcans des Monts Dore, recouvrant l’habitat.

Marais de Limagne

Le Marais de Limagne. (photo Osiris)

Le Marais de Limagne (22 kms à l'est de Langeac - Haute-Loire) est une dépression crée par l'ouverture d'un maar : rencontre de la colonne magmatique avec de l'eau (phréatomagmatisme). Le fond du cratère est occupé maintenant par une tourbière. Ce lieu est un site Natura2000.

Coupe dans la carrière. (photo Osiris)

La carrière située à l'Est du maar du marais de Limagne, creusée dans l'anneau pyroclastique, expose remarquablement les dépôts des déferlantes basales et montre le caractère rythmique des explosions. La couleur rouge prouve que le maar a en fait pulvérisé un système strombolien préexistant et remobilisé ses éléments.

Coupe dans la carrière. (photo Osiris)

On observe des figures d'impacts, des blocs de toutes tailles (Matériel strombolien remobilisé, bombes, fragments du socle, enclaves de Péridotites et de pyroxènites, basalte vitreux de l'éruption phréatomagmatique etc...).

Plan rapproché. (photo Osiris)
Plan rapproché. (photo Osiris)



Les maars en France
Généralités | Les maars du Puy de Dôme | Les maars de l'Ardèche | Les maars de l'Hérault | Les maars du Cantal | Les maars du Var


Géologie
Vocabulaire géologique | Lexique des termes employés en minéralogie | Lexique volcanologique
Fiches de présentation des roches | Articles volcanologiques