Batère

De Géowiki
Révision datée du 2 juin 2010 à 21:06 par Christel45 (discussion | contributions) (Nouvelle page : __NOTOC__ __NOEDITSECTION__ {{Infobox Site géologique | Nom=Mine de Batère | Image=‎ | Légende= | Situation=Pyrénées-Orientales | Ville la plus proche= | Région= | Pays=Fran...)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Mine de Batère
[[Image:{{#if:‎|‎|interrogation.jpg}}|250px]]
{{#if:
}}
Légende
Situation Pyrénées-Orientales
Ville la plus proche
Région
Pays France
Intérêt
Possibilité d'accès
Type d'accès
Temps de visite nécessaire
Voir

Située en Haut-Vallespir, sur la commune de Corsavy, la mine de Batère s’échelonne entre 1100 et 1600 mètres d’altitude. Une route départementale et un transporteur aérien de 9 kilomètres (démonté depuis la fermeture) relient la mine à Arles-sur-Tech où sont installés les fours à grillage.

  • historique
Connu par les Romains, le gisement fut exploité sporadiquement par les autorités espagnoles, puis françaises jusqu’à la réglementation des demandes de concession dès le 16ème siècle. La production est évacuée à dos d’hommes, de mulets, puis plus tard par des charrettes à bœufs et à partir de 1900, par le transporteur aérien. Des petites concessions de 5 à 57 hectares sont accordées. La principale est celle des mines de Las Indis et de Roques Negres (40 ha) accordée au Marquis de Vogüe par une ordonnance de 1830.

Elle est rétrocédée en 1897 à Monsieur Monin, maître de forge à Arles-sur-Tech qui acquit ultérieurement les dix autres concessions attenantes, réunissant une superficie de 420 ha. Las Indis ou Mines de Batère se transforment en Société Anonyme de Batère en 1898. Elle exploita le gisement pendant près d’un siècle avec seulement quelques interruptions dues à la crise économique et aux inondations de 1940. Avec une production annuelle de 75.000 tonnes de minerais, la Société Anonyme de Batère passe sous contrôle de diverses sociétés.

Au niveau 1530 du premier four à grillage (avec ensemble de silos de stockage et cantine), l’alimentation s’effectue au moyen d’un petit téléphérique aux pylônes en bois partant de l’arrivée du câble transporteur. En 1915 les fours à grillage sont installés à Arles-sur-Tech, l’alimentation en charbon du four d’origine entraînant des frais de transport trop élevés. En 1953, de nouveaux bâtiments sont construits au niveau 1450, avec cantine et école dirigée par un instituteur. En 1977, ces locaux furent abandonnés, rapidement saccagés, puis transformés en gîte de montagne. La mine de Batère va de sursis en sursis. Entre-temps, l’exploitation de fluorite à ciel ouvert d’Escaro s’arrête en 1991 et son traitement en 1993. A chaque fois, il faut prouver au concessionnaire la viabilité du site. La qualité du minerai, les difficultés d’exploitation et l’éloignement des industries utilisatrices, entraînant des frais de transport élevés, ne permettent plus de maintenir une rentabilité suffisante. Pour liquider les stocks de minerai qui restaient accumulés, la mine laisse la concession ouverte pour alimenter les hauts-fourneaux de Decazeville et Fos-sur-Mer jusqu’en 1994.

Le 18 juin 1987, la Société d’Exploitation Sidérurgique de Decazeville et la Société Anonyme de Batère déposaient leur bilan. L’exploitation de la dernière mine du Canigou s’arrêtait officiellement le 1er décembre 1987.

  • minéraux

almandin, ankérite, aragonite, bournonite, calcite, chalcophanite, chalcopyrite, chlorites , dolomite, épidote, galène, gypse, hématite, magnétite, manganite, palygorskite, pyrite, quartz, ranciéite, sidérite, sillimanite, smithsonite, sphalérite


Retour à Sites français.