Encyclopédie sur la géologie, paléontologie, minéralogie, etc.




Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.
Publier un article
Menu GéoWiki
Navigation

. Encyclopédie de géologie, minéralogie, paléontologie et autres Géosciences
. Communauté
. Actualités
. Modifications récentes
. Une page au hasard
. Aide
. Créer une nouvelle page
. Galerie des nouveaux fichiers

Villefort

Twitter



Facebook


Pour en apprendre plus sur la Terre au temps des dinosaures, visitez Jurassic World, un site de dinosaure et de paléontologie, la science qui étudie les fossiles. Une liste de nom de dinosaure permet d'accéder à plus de 300 fiches thématiques !

> Villefort
Mines de Villefort et Vialas

Légende
Situation Villefort, Lozère
Ville la plus proche
Région Lozére
Pays France
Intérêt minéralogique
Possibilité d'accès
Type d'accès
Temps de visite nécessaire
Voir

Villefort, à l'entrée des gorges de l'Altier, est un calme centre de villégiature des Cévennes lozériennes. Il se situe sur l'ancienne voie Regordane, au pied du mont Lozère, fief des Châteauneuf de Randon, puis des barons du Tournel. Connu des minéralogiste sous le nom de Vialas plus rarement des Balmelles.
En 1965, la construction du barrage de Bayard apporta à la commune une prospérité nouvelle. La construction du barrage de Villefort fut cependant douloureuse : en effet, le village voisin de Bayard fut démoli avant d'être englouti par les flots de l'Altier.

  • Ce secteur constitue le plus ancien district minier des Cévennes et il fut très important à la fin du XIXième siècle au point de concurrencer puis de dépasser le district minier de Pontgibaud. Cette réussite repose sur l'abondance des filons à barytine, galène et sphalérite dans ce secteur : plus de 20 filons différents y sont connus, 14 ayant fait l'objet d'exploitations souterraines de 1768 à 1894. Il s'agit de filons hydrothermaux de moyenne température (Stéphanien/Permien) encaissés dans des micaschistes et contenant des sulfures de plomb, de zinc et de fer inclus dans une gangue de quartz.
  • Historique : Certains travaux sont attribués aux Romains, mais ils sont plus vraisemblablement médiévaux. A Vialas, dans le filon des Anciens ont été retrouvés quelques outils de fer complètement oxydés ainsi que les traces d'une exploitation par le feu très ancienne dont on ne peut préciser l'âge.
    On pense également que ces mines furent exploitées au XIIe siècle.
    Une exploitation aurait repris à Villefort sous Louis XIV et se serait poursuivie de façon plus moderne de 1768 à 1774. A cette époque, le minerai de Peyrelade (près des Balmelles) était transporté, à dos de mulets, à la fonderie de Rochemaure au bord du Rhône.
    Vers 1778, à proximité du filon cuivreux du Fraissinet, se construisit une fonderie située à proximité de La Palhères, dont elle utilisait l'eau ; elle employait deux cents personnes. La production annuelle atteignit le chiffre de 500 kg d'argent et de 120 000 kg de plomb marchand (filons exploités : Mazimbert, Peyrelade, Bayard).
    Ce gisement de Vialas (ravin de La Picardière), de galène argentifère anciennement exploité a été redécouvert en 1781. Il fut suivi d'une mise en exploitation quasi immédiate par messieurs de Genssane et Maisonneuve pour la Cie Royale des Mines de Villefort qui devint de Villefort et Vialas.
    L'installation d'un bocard et de deux laveries, date de 1809 (date portée à l'entrée du tunnel de prise d'eau du canal).
    En 1824, le minerai était extrait de trois petites mines près du Pont-de-la-Planche : La Picardière, Le Colombert, Le Bos-Viel. En 1827, construction de la fonderie.
    En 1838 a lieu la fusion avec d'autres compagnies pour créer la Cie des mines de Villefort, Vialas, Comberedonde et Auzonnet présidée par J.B. Dumas .
    En 1851, installation de la première machine à vapeur destinée à la soufflerie.
    En 1860, grands travaux de réaménagement de l'exploitation et des bâtiments de l'usine, la date est portée sur une clef d'arc.
    En 1868, fusion avec la Cie du Rouvergue et de N.D. de Laval.
    En 1869, magasin à bois de mines en rive gauche du Luech.
    En 1883, J.B. Dumas vend la concession à la Cie des Minerais de Fer Magnétique Mokta-el-Hadid.
    Mais, en 1890, la production n'est que le quart de celle de 1862 et il n'y a plus que 114 ouvriers.
    En 1895, fermeture définitive.
    Le décret de renonciation de la concession située dans le district de Vialas est signé en 1909, même si des recherches se poursuivent quelques temps dans le secteur des Balmelles. En 1917, Mokta renonce définitivement à sa concession et la vend à M. Jousten en 1918.

Un peu à l'ouest, le gisement du Villaret, permit, entre 1930 et 1948, l'exploitation de la barytine. Sur plus de 300 mètres, les travaux sont encore bien visibles et en particulier le sommet du dépilage.

  • Les minéraux :
Principalement des minéraux de scories : cuprostibite, lautenthalite (ces deux espèces sont très rares), gahnite, magnétite, wüstite, fayalite, antimoine, cuivre, plomb, chalcopyrite, galène , sphalérite, covellite, cuprite, ferrihydrite, litharge, massicot, tenorite, aragonite, cérusite, hydrocérusite, malachite, plumbonacrite, rosasite, anglésite, elyite, gypse, lanarkite, langite, linarite, posnjakite, serpiérite, calédonite, schulenbergite, susannite, beudantite, leiteite ....

Pour en savoir plus sur la mine :http://vialas.free.fr/Les_mines/histoire_mine_1.htm


Retour à Sites français.
Géologie
Vocabulaire géologique | Lexique des termes employés en minéralogie | Lexique volcanologique | Fiches_de_présentation_des_roches | Portail Sites géologiques | Sites français
Modifier
Dernière modification de cette page le 31 mai 2010 à 00:27.
  Cette page a été consultée 3 808 fois.  À propos de GéoWiki  Avertissements