Encyclopédie sur la géologie, paléontologie, minéralogie, etc.




Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.
Publier un article
Menu GéoWiki
Navigation

. Encyclopédie de géologie, minéralogie, paléontologie et autres Géosciences
. Communauté
. Actualités
. Modifications récentes
. Une page au hasard
. Aide
. Créer une nouvelle page
. Galerie des nouveaux fichiers

La géologie et paléontologie des Monts des Flandres

Twitter



Facebook


Pour en apprendre plus sur la Terre au temps des dinosaures, visitez Jurassic World, un site de dinosaure et de paléontologie, la science qui étudie les fossiles. Une liste de nom de dinosaure permet d'accéder à plus de 300 fiches thématiques !

> La géologie et paléontologie des Monts des Flandres


Les Mont des Flandres sont situés dans le Nord de la France, en partie un peu sur la Belgique.

Histoire des dépôts

Vers –65 Ma (millions d’années), à la fin du Crétacé, la mer qui déposait la craie, ce gigantesque « cimetière » à algues microscopiques (les coccolithophoridés) s’est retirée (=régression marine). Elle ne revient qu’une dizaine de millions d’années plus tard. Ensuite, pendant l’Éocène, et pendant une vingtaine de millions d’années, la mer effectue des va-et-vient pour déposer sables ou argiles sur une épaisseur de plus de 250 m . Vers –35Ma la mer régresse définitivement. On peut penser que les 100 premiers mètres (au moins) de sables et d’argiles ont depuis été érodés. Le ruissellement les a emportés. Mais, ponctuellement et notamment dans les Monts des Flandres, cela ne s’est pas produit. Pourquoi ? Vers –5Ma, c'est-à-dire au Pliocène, les sables et galets se sont cimentés avec une « rouille » naturelle. Cet oxyde de fer a donc chapeauté plus ou moins, selon les endroits, un peu à la manière des cailloux qui protègent les cheminées de fées. D’autres exemples comparables sont le relief de Mons en Pévèle au sud de Lille où des grès à nummulites protègent le substrat, ou aussi l’énorme butte de Laon (dans l’Aisne) elle-même protégée par la pierre à liards (un grès à nummulites que l’on peut observer au pied de la cathédrale, sur la route ascendante).

Principe de formation

Première étape, un fond de cuvette marine avec dépôts sédimentaires et dents de requin Megaselachus megalodon (AGASSIZ, 1837) (du Mont des Recollets). Deuxième étape, la mer s’étant retirée, l’érosion use plus rapidement les marges plus tendres et pendant l’exondation des lentilles de grès se forment dans le sable. Troisième et dernière étape, par érosion différentielle les grés apparaissent en surface. Contrairement aux on-dit, les grès ne remontent pas, c’est en réalité le sol qui descend et fait apparaître les grés qui affleurent et continuent à protéger les roches sous-jacentes, à la manière des célèbres cheminées de fées.

Les fossiles des monts des Flandres

Les « glossopètres » ou langues de pierre, sont les couronnes dentaires sans racines de gros requins : Megaselachus megalodon (et non pas Carcharodon megalodon comme on le voit encore trop souvent à tort). Dans l’argile de Cassel datée du Bartonien, à sa base un cordon de sable graveleux très chargé en glauconite forme la « bande noire » contenant des nummulites variolatus remaniées, des nummulites wemmelensis et des dents de squales, des pectens (Amusium corneus,) Corbula pisum.

Au Lutétien supérieur, les sables fins doux et calcarifères légèrement glauconieux sont très fossilifères :

Nummulites variolatus, Orbitolites complanatus, Ostrea gigantea, Chlamys plebeia, Myliobatis, Odontaspis, Lamna, Oxrhina, Carcharoclès, Echinolampas affinis, Tubes de Ditrupa strangulata, Terebratula kieckxi, Cerithium giganteum (moules internes), Nautilus burtini, Ostrea inflata,

Bruxéllien ou Lutétien inférieur :

Moules de Gladius (Rostellaria) baylei, Maretia omaliusi, Letina platellaris, Ostrea cymbula, Cardium porulosum, Meretrix (Callista)loevigata, Odontaspis macrota, Lamna vicenti, Nummulites laevigatus,

Yprésien :

L’acide formé à partir de la pyrite dans l’argile attaque les coquilles ce qui donne du gypse qui cristallise en donnant des macles. Les UV longs révèlent un entonnoir blanchâtre fluorescent. Les fossiles sont rares mais on a pu y trouver les crabes Xanthopsis leachi & X.bispinosus. A Mons en Pévèle, le grès de Pève est un sable à Nummulites planulatus elegans consolidé et daté de l’Yprésien supérieur.


Idée : Répertoire_des_fossiles | À voir impérativement : l'échelle des Temps_géologiques | À visiter aussi : Portail_Temps_géologiques | Voir la liste des fiches minéraux.


Retour à Articles de géologie générale


Retour à Retour Portail_Sites_géologiques


Retour à Sites étrangers


Retour à Sites français.


Géologie
Vocabulaire géologique | Lexique des termes employés en minéralogie | Lexique volcanologique | Fiches_de_présentation_des_roches
Modifier
Dernière modification de cette page le 15 mai 2010 à 06:38.
  Cette page a été consultée 10 443 fois.  À propos de GéoWiki  Avertissements