Encyclopédie sur la géologie, paléontologie, minéralogie, etc.




Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.
Publier un article
Menu GéoWiki
Navigation

. Encyclopédie de géologie, minéralogie, paléontologie et autres Géosciences
. Communauté
. Actualités
. Modifications récentes
. Une page au hasard
. Aide
. Créer une nouvelle page
. Galerie des nouveaux fichiers

Arignac

Twitter



Facebook


Pour en apprendre plus sur la Terre au temps des dinosaures, visitez Jurassic World, un site de dinosaure et de paléontologie, la science qui étudie les fossiles. Une liste de nom de dinosaure permet d'accéder à plus de 300 fiches thématiques !

> Arignac
Carrière d'Arignac
[[Image:‎|250px]]
Légende
Situation Arignac, Ariège
Ville la plus proche
Région Midi-Pyrénées
Pays France
Intérêt
Possibilité d'accès
Type d'accès
Temps de visite nécessaire
Voir

Le village d'Arignac, qui compte 700 habitants, est abrité à l'ouest par le "Roc de Sédour" et au nord par le massif du "Pech" dont le sommet culmine à 1 370 m. L'ensemble des exploitations est connu des minéralogistes sous les noms de : "mines" de gypse d'Arignac et Arnave, (en fait des carrières de gypse !). Quatre sites sont à signaler :

-Arignac 1 (au nord du Roc de Sédour) ;
-Surba (au sud du Roc de Sédour près du village de Surba) ;
-Aynat (au nord-ouest du Roc de Sédour) ; et
-Arignac 2 (au nord-est du village d'Arignac, le long de la D8).
  • En 1862 : "Ces gypses ont été observés par plusieurs géologues, desquels il faut citer Duroclier qui en a donné une courte description dans son mémoire sur le terrain de transition des Pyrénées.
    D'après cet ingénieur, la limite du terrain granitique et du calcaire jurassique dans le bassin de Tarascon se trouverait occupée par une assise de calcaire, au sein de laquelle se serait forme le gypse par métamorphisme et qui serait devenu lui-même cristallin par la même cause. Il existe, en effet, dans le vallon de Saurat, entre le calcaire de Bédeillac et le granite, un calcaire qui est habituellement lamelleux, blanc ou légèrement teinté de couleurs agréables, renfermant une grande quantité de lamelles de mica, et qui semble alterner avec des schistes gneissiques. Duroclier y signale même des injections de granite ; mais la description qu'il fait de ces roches injectées me semble indiquer l'ophite.
    Le gypse d'Arignac forme des amas au milieu de cette assise calcaire. Il est cristallin, d'un blanc quelquefois pur, mais le plus souvent un peu grisâtre ou jaunâtre. Charpentier y cite des lamelles de mica et de talc, du calcaire cristallisé et des cristaux isolés, très-nets, de limonite épigène. "
  • Historique : L’essor industriel d’Arignac sera dû, après ses mines de fer, à ses riches carrières de gypse situées au bas de la montagne du Soudour, carrières de gypse qui alimentaient au XIXème, entre autres, les fours à plâtre de Saint Paul et de Celles.
    Jusqu'en 1862, les plâtrières d'Arignac, de Bedeilhac et Saurat n'étaient pas desservies par des routes. Elles occupaient environ 400 personnes, 20 moulins et quarante fours. Les hommes extrayaient les blocs avec des pinces de fer, des coins et pics puis les jetaient dans le ravin où ils se brisaient. Puis les morceaux étaient transportés par les femmes et les enfants à dos de mulets jusqu'aux moulins des villages ou jusqu'à la grande route.
    Exploitation en carrières souterraines.
    En 1877, est crée la Société des Plâtres de Tarascon. Puis ce sera la Société Plâtres Lafarge.
  • Minéraux : Ils ont été décrits par Alfred Lacroix (1890), qui y a déterminé : humites, pyroxènes, pargasite jaune clair, spinelle magnésien, pléonaste, scapolite, phlogopite, corindon bleu, sphène, rutile, zircon, apatite, idocrase, blende, pyrite, pyrrhotite, galène, chalcopyrite, graphite, brucite, épidote, tourmaline, chlorites, actinote, dipyre, glaubérite, soufre....
gypse : magnifiques cristaux transparents et très brillants ;
anhydrite : massive, en grains atteignant localement plusieurs centimètres, de couleur grisâtre à violacé ; souvent hydratée en surface en gypse pulvérulent ; riche en inclusions variés ;
célestite : petits cristaux millimétriques, mais d'un orange soutenu original ;
pyrite : en grains arrondis ou déformés, dispersés dans la dolomite et l'anhydrite ;
dravite : en jolis cristaux bruns ;
dolomite : massive, en grains millimétriques, blanche à rose, riche en inclusions de pyrite et d'actinote.

Retour à Sites français.

Modifier
Dernière modification de cette page le 13 août 2010 à 06:16.
  Cette page a été consultée 5 462 fois.  À propos de GéoWiki  Avertissements